THE STACHES this lake is pointless

ALBUM. Nous étions déjà tombés sous le charme de leur deuxième album, « Placid Face » (dont on retrouve l’artwork sur le timbre au dos de cette pochette), et nous étions donc très curieux d’entendre le troisième opus de ces suisses, exilés à Liepzig, Allemagne. Le quatuor n’a toujours pas rangé sa chambre et balance sa musique

ROUGE GORGE ROUGE naSH

ALBUM. Troisième album pour les français de Rouge Gorge Rouge, et comme pour le précédent, la réussite semble au rendez-vous. La présentation se veut plus sombre que pour « Hypersomnia« , avec ce lac de lave en guise d’artwork ou cette omniprésence du toxique dans les titres de morceaux (l’excellent « Sulfur » qui ouvre l’album, « Mazout« , « Polonium« ), mais

THE GET UP KIDS Problems

ALBUM. Etrange sensation que d’entendre le premier titre de Problems…Car avec Satellite, c’est comme si on était soudainement projetés 19 ans en arrière, du temps de Something To Write Home About, le second album des Get Up Kids qui a installé le groupe comme l’une des figures de proue de ce que l’on appelait, à

FEWS Into Red

ALBUM. Le premier album de Fews, sorti de nulle part, nous avait pris par surprise. Et on se demandait vraiment si le binôme Lomelino/Rundquist (rejoints par Clifton à la basse et Andersson à la batterie) avait les épaules suffisamment solides pour confirmer ce premier effort plus que prometteur. Eh bien la réponse est oui. Car

KOMPLIKATIONS no good news

Le trio belgeo-allemand abonné aux formats courts nous livre donc la suite du succulent Humans, qui avait placé la barre très haut en matière de synth-punk. 5 nouveaux titres qui semblent prendre un léger virage dans la discographie du groupe. En effet, si le chant d’Alen est toujours aussi vindicatif, poussant les morceaux vers leur

FACS Lifelike

ALBUM. C’est un euphémisme de dire que l’on avait été déçus d’apprendre la disparition de Disappears tant on trouvait leur post-punk dépouillé envoûtant et marquant. Frustrés aussi de voir qu’Era (pour nous leur meilleur album) et Irreal n’auraient pas de successeur. Heureusement, comme souvent, ses anciens membres n’ont pas tardé à rebondir. Brian Case (guitare,

Komplikations + Computerstaat

A l’occasion de la sortie du nouveau 5 titres du trio allemand Komplikations, et du premier album du duo maison Computerstaat, les deux groupes post-punk seront en concert avec les excellents Pinoreks (que nous vous invitons à découvrir) au Supersonic, à Paris. L’entrée sera gratuite. In The City by Computerstaat

FEELS Post Earth

ALBUM. Car : morceau d’ouverture garage-punk avec un côté 70s qui rappelle Ty Segall (le blondinet avait d’ailleurs produit le précédent album de Feels sorti sur Castleface, le label de John Dwyer). Deconstructed : brulôt punk-hardcore bien enragé. Find A Way : le meilleur titre, plus mélodique et mélancolique, qui rappelle clairement l’indie rock de Sleater Kinney avec

SLEAFORD MODS eton alive

ALBUM. Après un passage éclair chez Rough Trade pour l’excellent English Tapas, le duo revient sur son propre label, « Extreme Eating« , pour un Eton Alive toujours aussi remonté. Les gamins d’Eton, future élite anglaise, n’ont qu’à bien se tenir. Le succès relatif du groupe n’a pas interféré dans la verve de Jason Williamson. La critique

MOODIE BLACK mbIII

EP. Tu te croyais fort et téméraire, voici le disque qui va te faire flipper. Moodie Black n’ont pas la renommée de Death Grip, mais leurs morceaux indus-rap, que je décrirais comme la fraise d’un dentiste psychopathe s’enfonçant lentement dans ta gencive, n’ont pas à rougir de la comparaison. Comme pour Dälek, leurs ambiances de

LES ESCLAVES OUBLIES DE TROMELIN (Savoia)

BD. Commençons par les faits, hallucinants, qui en disent long sur les mentalités de l’époque…Le 3 juillet 1761, L’Utile, navire de charge dont le capitaine, Lafargue, avait embarqué 160 esclaves quelques jours plus tôt à Madagascar, fait naufrage au beau milieu de l’Océan Indien. Les survivants (quelques membres de l’équipage et une bonne partie des