SAGA POCHE 1. Chocolat Kosovar (Sapin)

Une jeune vahiné, Salade de fluits, qui quitte son île à bord d’un canoë pour partir à la recherche d’un père qu’elle n’a jamais connu, un préposé aux autocollants disgracieux, Fabrice Lemoutu, qui se retrouve dans une clinique où l’on fait des expérimentations sur les greffes après avoir laissé une jambe dans la gueule d’un

UNITED FRUIT Fault Lines

En 1998 sort le premier album des excellents And You Will Know Us By The Trail of Dead. C’est une petite révélation. Ce mélange de mélodies dissonantes et de fureur renouvelait sans prétention un paysage ennuyeux. Et c’est bien cette alchimie aigre-doux que nous retrouvons chez les écossais de United Fruit. Sur Kamikaze, le premier

PAPAYE, rock monu-mental

Vendredi 26 août 2011. MJC du Ronceray, Le Mans. Le festival Teriaki secoue cette fin de mois d’août dans la capitale sarthoise. Parmi les groupes au programme, PAPAYE. L’occasion est trop belle pour ne pas croquer dans le fruit. Fort d’un premier album, La Chaleur(Africantape Records) très remarqué et avant un concert énergique forcément rempli

L’ART DE VOLER (Altarriba/Kim)

Antonio Altarriba Lope avait l’art de voler. L’art de rêver à un ailleurs meilleur, de s’échapper de la réalité en se construisant des petits moments de bonheur lorsque la vie est compliquée. La capacité à encore croire à la justice et à garder espoir quand la situation devient plus difficile. La volonté de se relever

LUCHA LIBRE Intégrale, volume 1 (Frissen/collectif)

Ça y est, c’est fait : « Lucha libre » sort enfin son intégrale. Un bon gros pavé de 300 pages regroupant les 6 premiers numéros de l’anthologie que l’on peut aussi utiliser pour « écraser la tronche » de ceux qui vous font des remarques sur vos lectures, dixit le grand manitou du projet : Jerry Frissen, également connu pour

ALTER EGO Fouad/Camille (Renders Lapière/Reynès Benéteau)

Ces séries concept tournant autour d’un même thème ou d’une idée commune (comme « 7 » ou « Jour J ») ont le vent en poupe ces derniers temps. Souvent dirigées par une équipe élargie (différents scénaristes et dessinateurs se relaient sur chaque nouvel épisode), elles ont l’avantage, pour le lecteur, de proposer une fréquence de parution plutôt inédite

RUPESTRES (collectif)

A l’initiative de David Prudhomme, ils sont 6 à être descendus dans des grottes ornées de dessins du Paléolithique. Pour se confronter à l’art de leurs collègues d’il y a 15000 ans, Prudhomme, Guibert, Davodeau, Mathieu, Rabaté et troub’s (quel casting !) ont donc emprunté les mêmes chemins humides et difficiles, rampé dans les mêmes

THE SEVEN MILE JOURNEY notes for the synthesis

Régulièrement, nous recevons des nouvelles de ce groupes danois depuis sa toute première démo. Toujours fidèle à lui-même le quatuor nous envoie donc son troisième album. Et comme je n’écoute plus vraiment de post-rock ses derniers temps, je suis à nouveau prêt à me laisser bercer par les belles montées de SMJ… Car je sais

Parce qu’on a aussi reçu tout ça…

JOHNNY BOY « modern idol » (anywave) : C’est un peu la version post-punk, dansante, et présentable (qui a dit édulcorée ?) des lyonnais de Binaire, non ? Et parfois, j’ai envie d’y croire… malgré certains rythmes bien putassiers. CHARGE 69 « résistance électrique » (combat rock) : Waouh, je n’avais pas fait gaffe que Vérole des Cadavres avait

BORDERLINE 4. MARTYR de Robin/Berr

Borderline, limite, sur le fil du rasoir : voilà la situation dans laquelle Fernando Villa se trouve depuis qu’au cours d’un voyage au Chili il a fumé cette herbe étrange qui a tout déclenché. Certes, lui le romancier jadis en panne d’inspiration ne connaît plus la peur de la page blanche mais ce qu’il écrit

J. BIAFRA & the GUANTANAMO SCHOOL of MEDICINE Enhanced methods of questioning

Eric Reed Boucher alias Jello Biafra. Signe distinctif: inoxydable. A tout juste cinquante-trois ans, l’ex-frontman des légendaires (et irremplaçables) DEAD KENNEDYS ne s’arrêtera donc jamais. A un âge où certains se contentent de capitaliser pour leurs plans retraite en lorgnant déjà sur un p’tit bout de paradis factice made in Florida, le gars Biafra, lui, continue