UNE AUTRE HISTOIRE DE L’AMERIQUE (Jackson)

Jack Jackson est un peu le Howard Zinn de la bande dessinée ! La douzaine de livres qu’il a sortie s’est en tout cas ingéniée à réhabiliter des figures jusque là peu reconnues, voire absentes, de l’histoire officielle américaine. Souvent parce qu’elles n’étaient pas assez anglo-saxonnes pour cela… « Une autre histoire de l’Amérique », ouvrage jusque

BENITO MAMBO (Durieux)

La bonne idée que voilà ! 15 ans après sa parution en noir et blanc dans la très bonne collection Tohu Bohu (et donc dans un format relativement petit), les Humanoïdes Associés ressortent « Benito Mambo », le premier récit en solo de Christian Durieux, dans une très belle édition : très grand format, fil marque page

LOSE (Deforge)

Michael Deforge est un drôle de bonhomme qui commence par s’excuser, dans le prologue, de proposer aux lecteurs ce recueil de « Lose », les différents volumes de sa série n’étant pas fait, selon lui, pour être compilés de la sorte. Avant d’expliquer, un peu plus loin, qu’il a commencé « Lose » après avoir tenté de se suicider…

LA NUEVE (Roca)

Si Paco Roca est un habitué de la collection Mirages (il y a déjà sorti « Rues de sable » et « La tête en l’air »), il s’aventure cette fois sur de nouvelles terres narratives avec « La Nueve ». Il y conte en effet le destin de ceux, femmes et hommes, qui ont dû fuir l’Espagne, juste avant la

PRIMAVERA 2014

 Le festival Primavera de Barcelone est l’un des plus grands événements Indierock du continent depuis bientôt 15 ans et je n’aurai jamais cru pouvoir y aller. Mais voilà, à 3 heures de train de chez moi, je ne pouvais pas rater ça. 4 jours de musique, de soleil et de marche qui resteront longtemps gravés

THIS IS NOT A LOVE SONG Festival 2014, Nîmes.

Nîmes, 2014, capitale du Texas français, autrefois qualifiée de ville mortifiante et qui a retrouvé depuis 2 ans une dynamique que beaucoup maintenant nous envient. En ce mois de mai, La Smac de Nîmes (Paloma) est le théâtre de la seconde édition du festival This Is Not A Love Song, TINALS pour les intimes. Ce

AUTOBIO (Pedrosa)

Ceux qui lisent le magazine Fluide Glacial connaissent déjà « Autobio », série dont Pedrosa livre quelques pages à chaque numéro depuis 2008. Pour les autres, eh bien il y a cette intégrale livrée dans une bien belle édition (à l’encre aromatisée à la betterave et à la couverture en toile de jute tissée dans le Larzac,

BOB MOULD Beauty & Ruin

Pour être tout à fait franc, cela faisait quelque temps que je n’avais pas vraiment réécouté Bob Mould. Depuis l’après Sugar et les expériences electro/dance pas vraiment convaincantes de notre homme qui s’en suivirent, je pense. Depuis quelques années, Bob Mould sort de nouveau ses albums sous son propre nom. Et c’est visiblement bénéfique car

AMAZIGH (Liano)

Mohamed vit à Guelmim, au sud du Maroc, et ne pense qu’à une chose avec ses copains : partir en Europe et pouvoir revenir au bled, pendant les vacances, les bras chargés de cadeaux pour la famille. Alors quand Ali lui annonce qu’il a trouvé l’argent nécessaire pour pouvoir payer le passeur, Mohamed vole 10

LEONARD ET SALAI 1. Il Salaïno (Lacombe/Etchegoyen)

Si l’on connaît le grand talent d’illustrateur et d’auteur jeunesse de Benjamin Lacombe, on était vraiment curieux de voir ce que son passage au roman graphique allait donner. D’autant que celui-ci sortait dans la prestigieuse collection Noctambule ! Pour l’occasion, Lacombe a demandé à Paul Etchegoyen de l’épauler pour réaliser ce diptyque : le second

NI DIEU NI MAITRE (Le Roy/Locatelli Kournwsky)

Maximilien Le Roy continue, pour notre plus grand intérêt, de passer en revue les grandes figures socialistes ou les actes de résistance qui ont marqué le mouvement libertaire. Après les républicains espagnols dans « Espana la vida » ou Thoreau dans « La vie sublime », il rend cette fois hommage à Auguste Blanqui, à qui l’on doit notamment

ULTRACOÏT sex church

Ah, qu’il est loin le temps des premiers concerts déguisés en verge. Aujourd’hui, le gang parisien livre son premier véritable album. Et si les textes n’ont pas changé, on y parle toujours uniquement de sex (concept oblige), la musique, elle, s’est envolée à des années lumières de la blague potache. D’ailleurs « envolée » n’est sans doute

THE FAINT Doom Abuse

Je savais bien que ce groupe me disait quelque chose ! Après vérification, il avait fait un remix du « Dance To the Underground » de Radio 4 qui était sorti sur leur Ep « Electricity » il y a plus de 10 ans de cela. Une présence sur cette galette qui pouvait nous laisser supposer que les 2 groupes