AMOROSTASIA 3. …et à jamais (Bonin)

Suite à une expérience du L.I.M., le Laboratoire d’Innovations Moléculaires, Olga et Kiran se sont réveillés. Ils sont sortis de leur amorostasie, cette maladie apparue soudainement qui pétrifie les êtres amoureux, et vont maintenant pouvoir apprendre à se connaître puisqu’ils vont vivre ensemble. Mais ce sont bien les seuls car l’épidémie progresse malgré les mesures de « précaution » instaurées par le gouvernement (couvre-feu pour éviter que l’on sorte séduire le soir dans les bars, port d’un brassard orné d’un cœur rouge obligatoire pour les femmes ayant provoqué une pétrification…). La peur grandit et le mécontentement gronde parmi la population. D’autant qu’un malade masqué s’attaque, la nuit, aux porteuses du brassard pour leur dérober une mèche de cheveux…
Une pulsion ? Un désir de fusion ? Le mystère de la chimie des corps ? Notre cerveau reptilien qui nous pousse simplement à perpétuer l’espèce ? Qu’est-ce que l’Amour, en vérité ? Cyril Bonin continue d’y réfléchir, pour notre plus grand plaisir, dans ce troisième (et dernier!) tome d’Amorostasia. Bien sûr, quand on connaît l’intrigue de départ (pour cette raison, le premier tome reste forcément le meilleur des trois), le plaisir de la lecture n’est plus exactement le même mais l’auteur parvient, malgré tout, grâce à quelques belles trouvailles scénaristiques (le président atteint lui aussi d’amorostasie, le réveil des pétrifiés, le personnage d’Alice Beaulieu, le Mouvement Pour La Foi…), à encore étoffer sa réflexion sur le sujet (en abordant les thèmes sous-jacents de la jalousie, du narcissisme ou de la confiance) et à garder notre attention jusqu’au bout. Un tome 3 toujours aussi bien dessiné qui clôt ce très bon triptyque. Coup de cœur, forcément, pour cette ode à l’Amour et à la vie !

(Triptyque – Futuropolis)