VOIX EXPRESS. des chignons, du faux stoner et une voix éraillée

JOY AS A TOY Mourning Mountains (Humpty Dumpty Records) : Indie-pop inventive et singulière qui n’hésite pas à faire le grand écart entre 2 morceaux, à la façon d’un Deerhoof. Tour à tour groovys, mélancoliques ou raffinés, les 8 titres n’en oublient jamais d’être mélodiques. A découvrir.

MORGAN DELT Phase Zero (Sub Pop) : Pop-psyché sixties exécutée dans les règles de l’art (avec artwork que l’on croirait réalisé sous LSD, comme à la grande époque) mais qui nous laisse de marbre.

LOWER THAN ATLANTIS s/t (Easy Life Records) : Chant mièvre, mélodies faciles: le rock de Lower Than Atlantis est calibré pour passer sur les radios américaines…

DISSONANT NATION Agitato Charismatic (Washi Washa) : Pop rock « à la française » avec une production très électro. Bien trop mainstream pour nous intéresser.

THE BUNS Out Of Bounds (Bellevue Music) : Duo garage pop-rock guitare/batterie (avec une touche de basse ou d’orgue ici ou là) qui ne nous a que peu enthousiasmé.

THE MENZINGERS After The Party (Epitaph) : Punk-pop-rock très mélodique, idéal pour passer sur les radios universitaires.

JAYCE LEWIS Million Part 1 (Devfire) : Voilà un album qui mêle rock, électro maousse et grosses rythmiques tout en gardant en tête de rester radio-friendly. Pour un résultat bizarre. Pas vraiment notre truc en tout cas.

ERUDITE STONER s/t (Sundust) : Comme le nom du projet ne l’indique pas, le brésilien Matheus Novaes est seul (si l’on excepte les quelques field recordings en arrière plan) avec sa guitare acoustique sur ces 9 morceaux. Le garçon est doué mais on s’ennuie quand même pas mal…

RANCID Trouble Maker (Hellcat) : Sinon, les mecs de Rancid ont sorti un nouvel album il y a 5 ou 6 mois. Pas vraiment de surprises : on retrouve leur punk-rock à l’ancienne (avec chœurs de rigueur) marqué par les Clash et emmené par la voix éraillée de Tim Armstrong (qui se fait ici appeler TimTimebomb). Avec le petit ska qui va bien, bien entendu. Les fans seront en terrain connu.

KOYO s/t (88 Watt Records) : La bio parle d’un croisement entre Radiohead, Opeth et Pink Floyd pour présenter ce groupe de Leeds. Ca se vérifie à l’écoute de cet album dont on ne voit pas trop bien où il veut en venir. Il y a des passages intéressants mais ces 10 titres partent vraiment trop dans tous les sens.

Mr YEYE Hybride (One Hot Minute) : rock à grosses guitares chanté dans la langue de Molière d’une voix irritante (souvent poussée, à la Pascal Obispo…). Muse ou Kyo ont visiblement marqué ce groupe. Mieux vaut passer son chemin…

HEXENSCHLUSS Gobbledegook (autoproduit) : Duo instrumental claviers/batterie (avec quelques samples de guitare ici ou là) qui expérimente rythmes et sons et n’hésite pas à télescoper les genres pour surprendre l’auditeur. Original même si ce n’est pas forcément le genre d’album que l’on écoute tous les jours.