THOM YORKE Tomorrow’s Modern Boxes

ALBUM. Le leader de Radiohead s’était déjà offert plusieurs fugues, avec The Eraser, très bon album sorti sous son propre nom en 2006, ou avec Atoms for Peace (pour lequel il était accompagné de Flea et de son producteur fétiche Nigel Godrich) avec qui il sortit Amok en 2013. Sans parler de son travail de composition pour le cinéma ou le théâtre. Il n’est donc pas vraiment surprenant de voir Thom Yorke sortir ce Tomorrow’s Modern Boxes. Ou plutôt ressortir puisque l’album date en fait de 2014 mais n’avait été, à l’époque, rendu disponible que sur Biftorrent ou Bandcamp (Thom Yorke n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai en la matière puisqu’on se souvient que Radiohead, suite à son départ de Parlophone, avait proposé l’album In Rainbows uniquement via des sites de téléchargement dans un premier temps, laissant l’acquéreur libre du prix d’achat…). Il ressort donc cette fois en cd et vinyle. Un album qui dévoile la face, non pas cachée car on sent clairement, depuis longtemps, au travers des albums de Radiohead, son attirance pour ce genre, mais en tout cas moins connue de Thom York: la face éléctro, souvent expérimentale ici d’ailleurs (c’est particulièrement flagrant sur There Is No Ice (For My Drink) et Pink Section, plus abstraits et moins faciles d’accès), puisque ces 8 titres voient beats, synthés et piano (pas de guitares ici!) explorer des paysages sonores inédits dignes d’un space opera. Des paysages souvent arides, dépouillés (« Moins est plus » pourrait être la devise de l’album) mais que le talent de Thom Yorke (grâce à une ligne de piano mélancolique ici ou un synthé hypnotique là) parvient souvent à rendre touchant. Et puis il y a bien entendu le chant du leader de Radiohead qui prend toujours autant aux tripes. Franchement, comment résister à un morceau aussi envoûtant que A Brain in a Bottle ?

(Album – XL Recordings)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *