L’HOMME GRIBOUILLE (Lehman/Peeters)

BD. Betty, la quarantaine, traverse une période difficile. Les relations avec sa fille, Clara, sont compliquées (elle l’élève seule), sa mère Maud vient de faire un AVC et se trouve dans le coma, à l’hôpital, et il y a ces crises d’aphasie qui surgissent et la rendent muettes sans qu’elle sache pourquoi. C’est justement le moment que choisit un mystérieux homme masqué, il se fait appeler le corbeau, pour faire irruption dans sa vie. Particulièrement menaçant, il réclame un paquet que Maud devait lui remettre et lui donne quelques jours pour lui apporter avant de passer à des représailles envers sa famille. Une drôle de course contre la montre s’engage alors…
Pour leur première collaboration, Serge Lehman (à qui l’on doit la série Métropolis, dessinée par De Caneva, ou le scénario d’Immortel, le film réalisé par Enki Bilal) a concocté un scénario sur mesure pour Frédérik Peeters. Personnages qui ont de l’épaisseur, mystère et ce côté fantastique qu’il aime tant: le dessinateur avait là de quoi se faire plaisir avec L’homme gribouillé. Un récit qui nous parle de traumatismes refoulés, d’héritage familial lourd à porter mais aussi du golem issu des légendes juives. Car pour comprendre (et lui échapper…) ce que lui veut ce mystérieux et dangereux corbeau, Betty devra se replonger dans l’histoire de sa famille pour, notamment, saisir pourquoi sa mère avait décidé de changer de nom et de quitter le village de ses origines…Ce n’est qu’à cette condition qu’elle pourra retrouver sa voix et y voir plus clair dans sa vie.
Un récit sombre et surprenant, souvent captivant, notamment grâce au superbe (comme souvent…) travail graphique de Peeters, un noir et blanc saisissant de réalisme et d’expressivité. Très recommandé !

(Récit complet- Delcourt)