SIMAK 1. Traque sur Solar Corona (Frissen/Ponzio)

BD. Planète Hesperia. Au cours d’une banale intervention dans le quartier luxueux des résidences flottantes de Sultana, Makuma est tué par un voleur. Phoenix, son coéquipier, fait la promesse de retrouver son meurtrier pour que justice soit faite. Sauf que le meurtrier en question n’est pas un voyou lambda, il s’agit de Titus Arcos, tueur professionnel qui appartient à la secte des traqueurs-assassins et qu’il lui faudra aller sur Solar Corona, où violence et débauche règnent, pour le retrouver. Une quête qui lui apprendra, en même temps, beaucoup sur lui-même…
Le flic qui fait la promesse, quoi qu’il en coûte, de retrouver le meurtrier de son coéquipier, du déjà vu ? Bien sûr, sauf que là ça se passe dans un futur inventif et criant de vérité et que l’enquête policière est surtout le prétexte à parler de transhumanisme, avec, comme protagonistes, ces Simaks, trans-humains modifiés via les nanotechnologies par la Guilde (qui dirige en sous-main la planète Solar Corona) pour les faire travailler dans des bordels mais qui ont échappé à leurs créateurs qui ont donc reçu l’ordre de les exterminer. Enfin, surtout l’un d’entre eux, Phoenix, qui ignore justement qu’il est un Simak…
Si cette sorte de récit policier d’apprentissage fonctionne si bien, c’est grâce à l’inventivité scénaristique de Frissen et à ses belles trouvailles futuristes (les antigravs, le Pikul, stimulateur de libido bio-mécanique ou l’œsophage de cette créature géante où l’on vient mourir, anesthésié par une vapeur parfumée qui supprime toute douleur) qui rendent cet univers très vrai. Mais aussi, et peut-être surtout, au traitement graphique de Ponzio qui finit de le rendre totalement tangible, si réel aux yeux du lecteur. Comme à son habitude, il livre ici un travail impressionnant de réalisme. Et pour cause le dessinateur fait d’abord jouer les scènes du story-board par des acteurs qu’il photographie avant de retravailler le tout au dessin. Toujours aussi bluffante sa technique explique en grande partie la réussite de ce premier tome.

(Diptyque – Les Humanoïdes Associés)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.