OLYMPUS MONS 4. Millénaires (Bec/Raffaele)

BD. L’intrusion de l’équipe d’ Ocean Pathfinders dans « Anomalie 1 » a déclenché un système de protection du vaisseau extra-terrestre qui va s’autodétruire pour éviter que des puissances ennemies ne puissent récupérer leur technologie. Une explosion si puissante qu’elle risque de détruire la Terre en même temps. Le compte à rebours est donc déclenché avant l’Apocalypse. Aidé de Marta, le médium Aaron Goodwin n’a pu voir combien de temps il reste pour sauver la planète. Par contre, il a vu comment arrêter le décompte : en pénétrant dans « Anomalie 2 », autre vaisseau échoué, lui, sur Mars. L’état major russe charge donc la cosmonaute Elena Chevtchenko de se rendre sur les lieux…
Olympus Mons est un véritable piège à lecteurs ! Une fois cette histoire débutée, il est impossible de ne pas avoir envie de connaître son fin mot. La faute bien sûr à Bec qui tisse depuis 4 tomes une toile narrative aussi complexe qu’intelligente qui multiplie les flash-backs (en 1013 ou en 1942) et change souvent de point de vue (on passe d’une scène sur Mars avec Chevtchenko à la confrontation entre les androïdes extra-terrestres et les plongeurs d’ Ocean Pathfinders à l’intérieur d' »Anomalie 1″ en passant par les efforts du médium pour « voir » comment sauver la planète) pour tenir le lecteur en haleine.
Dans ce tome 4, le scénariste éclaire un grand nombre de zones laissées jusque là dans l’ombre tout en préservant, bien sûr, encore le suspense concernant la mission de la cosmonaute russe sur Mars et donc la survie de la planète. Verdict au prochain tome ? On peut le penser. A moins que Bec ne décide de prolonger le plaisir et de jouer encore un peu avec nos nerfs…Une série très efficace dessinée avec talent par Raffaele dans une veine réaliste pas vraiment originale mais très aboutie, avec, notamment, quelques dessins double page frappants.

(Série – Soleil)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.