PHONECIAN DRIVE s/t

Ces bruxellois ont repris une vieille tradition des seventies, très en vogue chez les groupes krautrock, psyché ou prog de l’époque (mais souvent oubliée depuis) : tourner son regard, et surtout ses oreilles, vers les Balkans et le Moyen Orient. Ce sont ainsi les mélodies de Oud et les effluves de darbouka qui imprègnent merveilleusement les morceaux de ce premier album. Morceaux qui n’en perdent pourtant nullement leur énergie rock, distorsions à l’appuie. On se retrouve ainsi propulsé dans un voyage psychédélique et nerveux entre le Moyen Orient, les Balkans, et l’Allemagne d’Amon Düül II… et ça rock ! Reste juste à dépasser le regard flippant du jeune écolier catho de la pochette.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.