BIG’N knife of sin

EP. Reformé depuis 2011, le groupe noise outsider de la banlieue de Chicago, revient avec un nouvel EP, toujours aussi austère et malsain. Car si je devais proposer une bande son de l’enfer, j’hésiterais longuement entre les premier Today is the Day et la discographie de Big’N. Avec ces 6 nouveaux titres, les américains continuent de creuser leur sillon, plus profond que jamais, aidé aux manettes par le célèbre Steve Albini. Sans esbroufe, sans le moindre bout de gras en trop, et la moindre envie de vous plaire. A côté d’eux, Shellac passeraient pour des vendeurs de yaourts sur MTV. Pas dans la composition, Big’N n’ont jamais été très bon pour créer du gros tubes, mais dans l’enrobage, dans l’accessibilité. Chez eux, le minimalisme des compos et des riffs est une religion, laissant au chant démoniaque la place pour faire flipper tout le monde. C’est salement violent, sans en faire trop. Le danger est insidieux. Même quand le groupe joue les subtils sur Sunk, le titre de clôture de cet EP, c’est pour mieux vous prendre à la gorge dès que vous avez le dos tourné. Vous voilà prévenus. Et ce Knife of Sin montre que les ricains ne vieillissent pas, même si le son se veut moins incisif qu’autrefois… peut-être plus sombre. Un nouveau disque qui ravira donc les afficionados de cette touche noise des 90s. Les vieux qui les suivent depuis leur participation au célèbre split de reprises d’AC/DC (aux côté de Shellac, Brise Glace et US Maple), devraient se régaler.

(Computer Students)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.