THE STACHES this lake is pointless

ALBUM. Nous étions déjà tombés sous le charme de leur deuxième album, « Placid Face » (dont on retrouve l’artwork sur le timbre au dos de cette pochette), et nous étions donc très curieux d’entendre le troisième opus de ces suisses, exilés à Liepzig, Allemagne. Le quatuor n’a toujours pas rangé sa chambre et balance sa musique avec la même nonchalance, se foutant des conventions, et laissant trainer son post-punk au pied du lit, tel un vieux mégot. Ici on préfère s’amuser, à la cool, dans le bordel… rien à foutre si cela sonne lo-fi (et parfois un poil confus). Le bordel c’est la vie. Les synthés cheap vous entrainent dans une soirée dépravée pendant que le DJ passe un disque de UV Race, à moins que ce ne soit « WV Race » des Staches justement. Pas question de dormir. Les suisses rigolent. Ça gigote. « The Shape of their Eyes » ressemble à une reprise de Devo sous acide. Dans l’ensemble l’ambiance est gentille, presque pop, mais les cendriers volent, et les filles dessinent sur les murs. On peut parfois s’y perdre (c’est le risque des chambres en bordel), mais j’aurais tendance à m’attacher à ceux/celles là, et leurs rêves farfelus, surtout quand ils jouent les « Hyper Punk« … Vive les nouveaux Slackers !

(Les Disques Bongoe Joe / Six Tonnes de Chair)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.