CAPRICORNE Intégrale 3 (Andréas)

BD. On envie ceux qui vont découvrir Capricorne grâce à ces intégrales! Parce qu’un grand plaisir de lecture les attend. Et parce qu’ils n’auront pas beaucoup à patienter pour connaître le dénouement de la série, la sortie des 4 intégrales s’enchaînant à un rythme soutenu. Le tome 3, à l’édition toujours aussi soignée (beau papier ivoire, noir et blanc qui permet d’apprécier le superbe dessin, foisonnant de détails, d’Andréas, dossier analytique signé Antoine Maurel) vient d’ailleurs de paraître.

Il comprend 5 épisodes (les 10 à 14) qui correspondent à ce que l’on peut appeler le cycle du retour. Puisqu’ après avoir découvert la supercherie du Concept et avoir recouvré la mémoire, Capricorne peut quitter l’Europe et rentrer chez lui à New-York pour accomplir sa destinée (il apprend ici qui est son ennemi, le « passager »). Un trajet qui lui prendra 5 tomes, moteurs et technologies étant hors d’état de marche depuis la reconstitution de la pierre d’apocalypse. 5 tomes dont il aura besoin pour apprendre à découvrir l’Autre. Car Capricorne a compris que pour se connaître soi-même, il faut au préalable aller à la rencontre de l’Autre. C’est ce qu’il fait donc, avec plus ou moins de bonheur (il commence par se tromper, lourdement, sur le compte de ceux qu’il trouve sur son chemin…) dans ces épisodes qui peuvent presque se lire de façon autonome, chacun racontant une rencontre tout en faisant réapparaître ici ou là des personnages importants de la série (les Mentors, l’homme aux mains tatouées et Dahmaloch, Sippenhaft, Growth et Drake ou Ash Grey, avec une vraie révélation, au passage, la concernant d’ailleurs) afin que le lecteur possède les clés de lecture nécessaires avant d’aborder la dernière partie. Ce troisième cycle est également celui des expérimentations pour Andréas qui se lance des défis (probablement pour relancer son intérêt de créateur) quasiment dans chacun d’entre eux : tome 12 à la couverture entièrement blanche, sans titre et complètement muet, tome 13 dont toutes les pages sont organisées en gaufriers de 20 cases dont Andréas doit constamment se jouer pour rester malgré tout lisible et dont les personnages essaient eux aussi de s’affranchir…

Le jeu de pistes continue donc pour le lecteur qui, comme Capricorne dans Rêve en cage, se retrouve dans une sorte de labyrinthe narratif, à l’affût des indices disséminés ici ou là par Andréas mais qui peut néanmoins suivre le conseil que le chirurgien donne à Capricorne quand celui-ci se dit que ce qu’il vit n’est peut-être qu’une illusion : faire « confiance à celui qui peint le tableau ». Un tableau qui sera bientôt complet avec la sortie du quatrième tome de cette intégrale.

(Intégrale en 4 tomes, 264 pages pour ce tome 3 – Le Lombard)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.