FONTAINES D.C. Dogrel

ALBUM. Fontaines D.C. : la prochaine sensation indie/punk ? Possible. Le groupe irlandais pourrait en effet profiter du retour en grâce des guitares qui font du bruit et de la brèche ouverte par Idles ou Shame, leurs cousins britanniques, ces dernières années. D’autant que pour l’instant tout se passe comme dans un rêve pour les 4 dublinois. Après avoir monté le groupe il y a seulement 3 ans alors qu’ils étaient encore à l’université, ils ont ensuite sorti trois 45 tours auto-produits avant d’enchaîner les concerts : 200 dates au Royaume Uni, en Europe et aux Etats-Unis. Une progression hyper rapide qui ne risque pas de faiblir : le groupe vient d’accompagner Idles sur leur tournée américaine ! Et vient, surtout, de sortir Dogrel, un premier album réussi. Qui ne révolutionnera pas le monde de la musique, les influences du groupe, très classiques, allant des Clash (assez évidente sur les guitares de Sha Sha Sha), à Joy Division (Television Screens) en passant par les plus locaux Pogues (Dublin City Sky), mais qui maîtrise clairement son sujet. Dogrel est en effet varié, naviguant entre punk et post-punk, dispose des quelques morceaux nécessaires pour vraiment accrocher l’auditeur (Big, qui ouvre efficacement les hostilités, le nerveux Hurricane Laughter ou Too Real) et transpire l’authenticité (avec un accent certifié irlandais à 100%. J’adore comment le chanteur dit « money » sur Too Real…). Et, surtout, le groupe possède, avec Grian Chatten, le petit supplément d’âme qui fait toute la différence : un charisme, mêlant assurance et détachement, qui rend les morceaux vraiment vivants. On est vraiment curieux de voir ce que ces fans de poésie (le titre de l’album fait allusion à un verset ordinaire, simple) donnent sur scène.

(Partisan Records)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.