ORBITAL 8. Contacts (Pellé/Runberg)

BD. Dernid est enfin parvenu à comprendre les ondes mentales qu’Angus, le vaisseau spatial vivant qu’il pilote, lui envoyaient. Ses frères Névronomes ne sont pas en train d’attaquer des planètes du système mais implosent car ils sont en fait la cible d’une opération d’envergure d’ennemis mortels, les Entités, qui détruisent petit à petit ce qui est leur source d’énergie vitale : l’éponge cérébrale qui se trouve sur la planète Udhsen et dont ils sont issus. Evona Toot, redevenue la dignitaire primale de l’Office Diplomatique Internationale, envoie donc Caleb et Mézoké à bord d’Angus sur cette planète pour tenter de venir en aide aux Névronomes et, par extension, de sauver la galaxie…

Pellé et Runberg nous ont concoctés une nouvelle mission aux petits oignons qui n’épargne pas vraiment Caleb, Mézoké et Angus, leur Névronome, mais qui leur donne la possibilité de se réhabiliter (on les avait laissés fugitifs à la fin de la mission précédente…) auprès de l’O.D.I.. Un diptyque qui permet, cette fois, de nous en apprendre davantage sur l’origine d’Angus ainsi que sur la sœur (au caractère bien trempé!) de Caleb. Et qui alterne, comme d’habitude (c’est un peu le principe de la série), scènes d’action sur le terrain pour nos 2 agents et négociations diplomatiques parfois tendues (Evona Toot doit ici faire face aux pressions des autres conseillers, notamment Wexer, qui poussent pour une résolution armée du conflit alors qu’elle privilégie le dialogue pour essayer de comprendre ce qui touche les Névronomes…) dans les locaux de l’O.D.I. Pour une narration toujours aussi alerte, bien aidée par le dessin dynamique de Pellé, dont le travail (un mélange de crayonnés, de peinture et d’encrage au feutre) se montre une nouvelle fois à la hauteur, alliant inventivité (pour mettre en images la planète Udhsen ou l’Initiale, l’éponge cérébrale, par exemple) et efficacité lors des scènes d’action. Bref, mission de nouveau accomplie pour Pellé et Runberg !

(Série, 56 pages pour ce tome – Dupuis)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.