LES MENTORS 2. Seydou (Zidrou/Porcel)

BD. 20 ans qu’elle recherche le bébé qu’un commando lui a volé à la maternité alors qu’elle était sur le point d’accoucher avant de placer une bombe dans son ventre. Un bébé qu’elle clamait avoir eu sans la moindre relation charnelle : pas étonnant qu’Ana passe pour une folle là où elle habite. C’est aussi ce que Joye, une prostituée en cavale (elle a éborgné son mac…) qu’Ana a hébergée, pensait avant de tomber sur un mail parlant d’une autre femme, une certaine Maggie, à qui la même chose serait arrivée la même année mais à Montréal…

Suite et fin de ce diptyque qui nous laisse clairement sur notre faim. En effet, s’il est toujours aussi bien dessiné par Porcel (le découpage est certes un peu classique mais le trait, élégant, est fluide et expressif et les couleurs, lumineuses et très espagnoles, contrastent avec la noirceur du propos) et rythmé puisqu’on suit en parallèle l’enquête de Joye qui va de surprise en surprise (Ana n’est pas la seule, loin de là, à être tombée enceinte sans relation sexuelle avant qu’on ne lui vole son bébé…) et les retrouvailles d’Ana avec son fils, Seydou, retenu prisonnier (car lui aussi a le « don » de transmettre la vie) par les fameux Mentors dans un sanctuaire reculé, la réponse, forcément très attendue, que Zidrou apporte au mystère entourant les grossesses d’Ana, Maggie et les autres tombe, quant à elle, complètement à plat : l’opération du Saint-Esprit. Comme la vierge Marie s’est retrouvée enceinte de Jésus. Aussi simple que ça. Mouais…On a déjà connu Zidrou plus inspiré…

(Diptyque, 48 pages pour chaque tome – Grand Angle)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.