K. amputate corporate art

ALBUM. Voilà quelques années qu’on avait pas eu de nouvelles de ce trio belge. Et sur le premier morceau, leur rock sale, avec une petite touche Kepone pas dégueulasse, nous fait du pied… on avait eu quelques réserves sur leur précédent album, avec leurs variations plus pop. Ici, les deux premiers morceaux commencent bien, le propos semble à nouveau s’être resserré, avec arrivée d’un nouveau bassiste. Leur rock prend du sens quand il est lourd, hargneux et frontal. Mais on se remet à regretter encore quelques passages maniérés (notamment dans le chant). On pensait que le groupe s’orienterait vers un son à la Jesus Lizard (il y a de l’idée dans la basse et certaines guitares) mais il préfère rester dans quelque chose de plus grunge, et se perd un peu à vouloir y intégrer un certain lyrisme pop, ou une approche clairement plus hardcore rock’n’roll musclé. Pourtant il y a une énergie débridée ici qui, si elle en fait parfois trop, n’est pas mauvaise. Malheureusement, tout n’est pas du même niveau, et on a encore tendance à se perdre un peu malgré les bonnes idées.

(Jaune Orange)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.