CONFINE#16 : Sohrab Habibion, Savak (NY, USA)

[Journal de Confinement] Aujourd’hui, nous repartons à New York, prendre des nouvelles de Sohrab, chanteur-guitariste des excellents Savak et The Obits. Dans les années 80, avant sa vie à New York, Sohrab a longtemps trainé dans la scène de Washington DC (il jouait alors dans Edsel), avec sa caméra, et il profite de cette période de confinement pour numériser des dizaines et des dizaines de concerts de cette époque. Une véritable mine d’or proposant les concerts complets de Seven Seconds (85), Scream (86), Fugazi (87), Dag Nasty (85), Government Issue (87), One Last Wish (86) ou Gray Matter (86) pour n’en citer que quelques uns. Un travail de documentation incroyable que je vous conseille. Alors Sohrab, les concerts ne te manquent pas trop ?

[épisode#16] Sohrab Habibion joue de la guitare, et chante, dans SAVAK.

1. Tu es où en ce moment ?

À la maison dans mon appartement à Brooklyn avec ma femme, notre fils adolescent et notre chat.

2. Comment tu t’occupes pendant le confinement ?

Heureusement, après des années de voyage dans des fourgonnettes et de séjour dans des espaces restreints, être confiné physiquement n’est pas si grave. Nous vivons également en face d’un très grand parc. J’essaie de faire une promenade d’une heure tous les jours. L’air frais et l’espace ouvert sont relaxants. Et c’est génial d’écouter de la musique et de laisser mes pensées vagabonder.

Je travaille à domicile en tant que graphiste, ce qui occupe un certain nombre d’heures chaque jour. Mais nous avons aussi regardé des films, lu et rattrapé notre retard sur des projets perdus depuis longtemps. Par exemple, je suis enfin en train de transférer mes anciennes vidéos de groupes DC punk sur l’ordinateur et les uploader sur YouTube. Je numérise également des enregistrements live et des démos de mes anciens groupes. Ça passe le temps et ça me garde en contact avec les gens.

Mon seul conseil est d’essayer de rester en bonne santé et de ne pas trop s’inquiéter. Les choses que nous ne pouvons pas contrôler sont hors de notre portée, alors concentrez-vous sur ce qui est à porté de main et soyez positif.

3. Quel est ton (ou tes) disque.s doudou pendant cette période étrange ?

Selon mon ordinateur, plus récemment, j’ai écouté Jorge Ben, Charlie Byrd, Can, Captain Beefheart, Nick Drake, The Fall, Feutre, Mark Hollis, Love, Magazine, Marine Girls, Charles Mingus, Pere Ubu, Suicide, Sun City Girls, Télévision, Mary Lou Williams et Wire.

4. Comment tu vois l’après (personnel / groupe / société) ?

Je pense que cela dépendra de la durée de cette situation. Nous pouvons tous apprendre à s’adapter, c’est donc vraiment plus une question de ce à quoi nous nous adaptons. J’espère que nous pourrons faire une nouvelle tournée et voyager dans différents endroits pour jouer notre musique et rencontrer des gens et voir de vieux amis. Je ne suis pas si inquiet sur le fait d’écrire plus de chansons ou sortir des albums. Ces choses peuvent être faites à distance. C’est la mobilité physique et les expériences partagées pour lesquelles je m’inquiète. Les choses que nous faisons ensemble qui nous rapprochent les uns des autres, nous rendant plus emphatiques et curieux du monde en dehors de nous-mêmes. J’attends avec impatience un renouvellement de ces choses qui nous lient.

Prochain épisode >>> Viktor, Buddy records (Paris, Fr)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.