LE CULTE DE MARS (Mobidic)

BD. Dans le futur. Une fois les ressources de la Terre épuisées, les Humains n’eurent d’autre choix que de partir. Les plus fortunés purent se réfugier sur Mars, qu’ils avaient pour objectif de terraformer. Ils laissèrent les autres sur Terre, leur promettant de revenir les chercher plus tard. Mais ils ne revinrent jamais. Notre planète, débarrassée de ceux qui l’exploitaient et la polluaient, se remit petit à petit et la nature reprit ses droits. Les Hommes aussi parvinrent à survivre mais oublièrent progressivement le savoir des anciens et entrèrent dans un âge proche de celui que connurent nos lointains ancêtres. Mais ils n’oublièrent pas ceux qui partirent. Certaines tribus commencèrent à vénérer Mars, persuadées qu’en faisant rougeoyer la terre avec le sang des sacrifiés ils seraient entendus et les anciens viendraient les chercher. D’autres se mirent à défendre bec et ongles un vaisseau spatial, qu’ils se sont mis en tête de réparer, génération après génération, pour un jour le faire décoller vers la planète rouge. C’est cette terre qu’Hermès parcourt inlassablement pour rencontrer des gens et collecter dans son livre les savoirs des anciens (comment fonctionne un vélo, le langage des signes ou les phénomènes astrologiques…) avant qu’ils ne soient totalement oubliés…

Si vous avez aimé Kanopé, le très beau diptyque de Louise Joor paru dans la collection Mirages, alors ce récit est pour vous ! Signé par une autre jeune auteure, Mobidic, il est construit lui aussi autour de considérations écologiques, avec cette civilisation humaine qui a régressé au point de revenir à un âge archaïque, sans technologie ni réels savoirs techniques. Et en même temps que le savoir, les mentalités ont aussi régressé : comportements grégaires, sectes pratiquant des sacrifices pour le culte de Mars, peur de l’autre…Et tout comme Louise Joor, Mobidic a bâti son histoire autour d’un duo de personnages attachants que tout oppose de prime abord : Hermès, le messager poète curieux de tout qui veut juste que les savoirs ne soient pas oubliés, persuadé que l’ignorance est le danger principal pour l’Homme et Caroline, mise de coté par son clan car elle est différente (elle est sourde depuis sa naissance), qui saura écouter son cœur le moment venu…

Un joli récit, au dessin fluide et agréable, qui nous enjoint de profiter de la vie ici et maintenant. Ode à la curiosité, à la tolérance et au savoir en même temps que mise en garde contre le fanatisme religieux et l’exploitation aveugle des ressources de notre planète. De la belle ouvrage !

(Récit complet, 112 pages – Delcourt)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.