CONFINE#38 : Lars Finberg, The Intelligence

[Journal de Confinement] Avant-dernier invité de notre série, et pas des moindres, Lars Finberg est le fondateur du géniallissime groupe The Intelligence. Il joue ou a joué par ailleurs dans divers autres projets, tels que Bend Sinister, the Dipers ou Puberty et Rubber Blanket plus récemment. Autant dire que l’homme est prolifique. Il fut aussi et surtout le batteur des cultissimes A-Frames. C’est donc avec un certain plaisir que nous parlons du cabinet de médecins où il travaille, et de son application de méditation, tout en écoutant un disque d’inédits des Spits… Alors Lars, pendant la pandémie, tu serais plutôt du genre Zen ?

[épisode#38] Lars Finberg joue dans THE INTELLIGENCE et PUBERTY (entres autres).

1. Tu es où en ce moment ?

Je suis à Bakersfield en Californie aux États-Unis

2. Comment tu t’occupes pendant le confinement ? Un conseil ?

Je reste avec mes parents, donc heureusement je suis en bonne compagnie. Je travaille dans un cabinet de médecins et nous voyons encore des patients, il y a donc un peu de travail à faire, ce qui est bien d’avoir encore une routine. J’ai arrêté de boire il y a quelques années, donc j’aide à avoir moins de hauts et de bas émotionnels ou la dépression existentielle et l’anxiété qui accompagnent la gueule de bois lorsque vous vieillissez.
J’ai commencé à méditer avec l’application «headspace» l’année dernière. Je l’adore et je la trouve très apaisante dans la vie normale, c’est donc très utile maintenant. Je fais plus d’exercice et je suis au 19e jour de « 30 jours de yoga avec Adrienne » sur YouTube. J’ai également enregistré une bonne quantité de musique.

3. Quel est ton ou tes disques doudou pendant cette période étrange ?

Le nouvel album de Fiona Apple m’a ému aux larmes et le nouvel album inédit de Spits m’a fait grimper aux rideaux.
J’ai écouté beaucoup d’Horace Andy « Ain’t No Sunshine: Best of », EXEK « Ahead of Two Thoughts », Kamikaze Palm Tree « Good Boy » et différents albums de Lee Morgan et John Coltrane. Oh et les remix 2019 des Beatles Abbey Road, et du White Album sonnent incroyablement bien au casque.

4. Comment tu vois l’après (personnel / groupe / société) ?

J’essaie d’espérer, mais je ne vois pas comment cela ne finira pas par ruiner la vie de la plupart des gens et le fossé de classe / revenu s’élargira encore plus. Mais j’espère que cela peut apporter un grand changement et une appréciation des travailleurs. Et si c’est la fin, j’essaie d’apprécier tout ce que nous avons encore comme l’eau courante, les fruits et l’amour.

Prochain épisode >>> Mia Clarke, Electrelane (Eastbourne, UK)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.