KAMARADES (Abtey – Dusséaux/Goust)

BD. Russie,1917. Le règne du tsar Nicolas II est de plus en plus fragilisé. Tenu responsable pour l’enlisement de la guerre sur le front allemand, il doit faire face à la colère qui monte parmi le peuple, une colère que les révolutionnaires ont bien l’intention d’attiser. Alors quand Staline apprend, par hasard, que la fille du tsar voit en cachette un soldat, un dénommé Volodia, dont elle est amoureuse, il décide d’accélérer le cours des événements. Il kidnappe la princesse et oblige Nicolas II à démissionner pour que sa fille reste en vie…

Les 11 membres de la famille du tsar Nicolas II Romanov ont-ils été exécutés dans leur résidence surveillée d’Ekaterinbourg, où ils avaient été mis « en sécurité », sur ordre de Lénine, dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918 ? Régulièrement, des enquêtes sont menées, des analyses ADN sur les ossements retrouvés sont diligentées et de nouvelles hypothèses venant contredire la thèse officielle sont avancées. Bref, cette exécution garde une part de mystère. Et Benoit Abtey et Jean-Baptiste Dusséaux se sont engouffrés dans cette brèche pour imaginer ce récit. Une véritable fresque qui raconte l’histoire fantasmée des Romanov, romanesque en diable, pleine de rebondissements (parfois improbables…les sauvetages à la dernière seconde ayant tendance à se répéter), de fuites, de négociations et de moments de bravoure (les auteurs imaginant par exemple que, poussé par sa mauvaise conscience, le tsar s’engage, incognito, aux côtés de l’armée polonaise pour les aider contre les Bolcheviks). Avec le trésor des Romanov (1000 caisses de 100 lingots chacune quand même…), sur lequel beaucoup de monde veut faire basse et une belle histoire d’amour, entre Anastasia et Volodia, pour couronner le tout.

Mêlant fiction et faits réels, Kamarades (que Rue de Sèvres sort ici en version intégrale) ne manque pas de souffle. Narration enlevée, dessin (un trait au crayon léger, sans encrage, rehaussé de couleurs informatisées) agréable : on suit avec plaisir les aventures d’Anastasia et Volodia dans cette Russie qui voit s’opposer les armées blanches de l’amiral Koltchak et les troupes révolutionnaires de Lénine. Divertissant.

(Intégrale, 176 pages – Rue de Sèvres)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.