L’AGE D’OR Volume 2 (Pedrosa/Moreil)

BD. Les troupes de Tilda font le siège de la citadelle. Et la princesse est toujours aussi déterminée à reprendre à son frère Edwald le trône qui lui revenait à la mort de son père, le roi. Mais chacune de leurs tentatives a jusque là échoué, peu importe la stratégie employée. Pourtant, la princesse s’entête, aveuglée qu’elle est par son désir de vengeance. Elle n’entend pas, par exemple, les conseils du seigneur Tankred, qui la pousse à s’allier avec les insurgés d’Hellier qui ont déjà conquis la Péninsule et font souffler un vent de liberté sur le royaume…Mais le temps presse car des troupes royales remontent de la Péninsule pour venir prêter main forte à la citadelle…

N’y allons pas par quatre chemins: L’Age d’Or est tout simplement un chef d’œuvre! Un conte médiéval à l’esthétique néanmoins particulièrement moderne et à l’intrigue solide qui propose des aventures captivantes magnifiquement mis en scène par Pedrosa qui surprend par sa capacité à changer de style graphique à chaque histoire. En effet, après le trait fin et spontané de Portugal, il livre ici un dessin réalisé à la palette graphique, volontiers poétique, avec une mise en couleurs osée (les tons sont chauds, avec des roses et des violets dominants et affirmés) mais somptueuse. Les scènes de nuit sont d’ailleurs un régal absolu. Toutes ces qualités ne font pourtant pas un chef d’œuvre. Non, pour cela, il faut autre chose: un supplément d’âme. Qui porte ce diptyque car il est son fondement même. Car L’Age d’Or est aussi et avant tout une fable sociale et même politique, n’ayons pas peur des mots, qui raconte le combat d’Hellier et de ses insurgés pour renverser l’ordre établi, afin qu’il n’y ait plus ni maîtres ni serviteurs, que la femme soit considérée comme l’égal de l’homme et que la justice sociale triomphe: « Ami…Garde en souvenir les hivers passés…jamais des tyrans rien ne fut donné…mais conquis dans les combats menés ». Le genre d’œuvre que l’on a envie de faire découvrir à tous ses amis. Magnifique!

(Diptyque, 192 pages pour ce second volume – Aire Libre)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.