THERAPIE DE GROUPE 2. Ce qui se conçoit bien (Larcenet)

BD. Ca arrive à tous les artistes d’avoir une panne d’inspiration et de manquer d’idées. Sauf que c’est plus difficile à accepter quand on ambitionne, comme Jean-Eudes de Cageot-Goujon, plus connu sous le sobriquet de « Manu Larcenet », de révolutionner l’histoire de l’Art! Fini comme artiste, notre homme est tombé dans la dépression et a été envoyé Aux petits oiseaux joyeux, une clinique psychiatrique, pour se reposer. Mais rien n’y fait: Manu ne peut s’empêcher de chercher l’idée du siècle. Il imagine par exemple l’histoire d’Albatrosman, un homme qui s’est vu pousser des ailes d’albatros après avoir reçu une fiente du dit volatile sur la tête sur une plage et décide de s’élever contre « la lâcheté, la violence et le crime » de notre monde. Mais tout ce qu’il récolte, au bout du compte, c’est une migraine. Heureusement, Aux petits oiseaux joyeux, il y a des drogues. Et elles sont distribuées gratuitement par le personnel…

Comme bien d’autres auteurs, Larcenet a peut-être ressenti une certaine lassitude artistique voire un manque d’inspiration mais a décidé d’en faire une série! Ou comment transformer le blocage de la page blanche en création complètement hallucinée! Car notre homme, dans cet hôpital psychiatrique, occupe son quotidien entre rendrez-vous avec le psychologue, atelier d’art thérapie et…trips sous cachetons. Mais parvient à garder en tête son objectif: arrêter de se sentir écrasé sous le poids de ses glorieux prédécesseurs: Cézanne, Rembrandt, Van Gogh ou encore Le Caravage…Un récit d’auto-fiction complètement délirant qui déborde d’auto-dérision (Larcenet joue ici avec son image d’auteur dépressif qui fume des joints) et très malin. Car il permet à l’auteur de rendre hommage aux artistes qui l’ont marqué tout en lui laissant toute latitude pour insérer ici un western réjouissant ou, là, une aventure de super-héros improbable (Albatrosman). Bref, de se faire plaisir. Et ça se sent, notamment dans son dessin, réalisé à la palette graphique (Larcenet y est passé avec Le Rapport Brodeck) totalement libre et très inventif. Une façon inspirée de nous faire patienter jusqu’à sa prochaine (après Le Combat Ordinaire, Blast et Le Rapport Brodeck) idée du siècle!

(Série, 56 pages par tome – Dargaud)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.