Après deux albums sorti par l’excellent label 54°40 or Figth!, l’ovni de portland revient avec un maxi 5 titres toujours aussi déstabilisant sur le petit label luxembourgeois Own records. Pour ceux qui n’auraient jamais croisé cette bande d’extra-terrestres, décrire la musique du trio n’est pas chose aisée. 31Knots est de ces groupes que l’on adore ou que l’on déteste tant ses choix sont marqués ; de ces groupes que la critique encense devant tant d’ingéniosité, mais qui ne connaîtront jamais le succès pour ne pas composer de chansons à proprement parlé. Etranges musiciens anachroniques, on imagine les trois de 31Knots en membres d’un vieux groupe progressif des années 70 décidés à remonter, 30 ans après, le meilleur groupe de pop psychédélique à ce jour… Malheureusement, les trois ont été transpercé par la vague noise et l’influence vient détruire toute mièvrerie, gage de gloire et beauté. Le résultat est psychédélique, compliqué, émotionnel, et possède cette petite pointe de génie qui rend le groupe unique. Rythmique sinueuse, chant maniéré, guitare hésitante entre arpèges pop décalés et noise angulaire… Le groupe n’a toujours pas compris que le chemin le plus rapide entre deux points est la droite. Pour eux, il est bien plus amusant d’en faire le tour trois ou quatre fois avant de se décider si ils vont prendre à gauche ou à droite… il sera bien assez temps de retrouver le second point par la suite ! Et le pire, c’est que le groupe arrive au sein d’un petit 5 titres a vous faire danser (the story of Ivan Normal), vous perdre (souvent), vous bercer (The Corpse & the Carcass et son piano, la fin de Coward with claws), vous attaquer les conduits auditifs (Welcome to Stop, les explosions de The Corpse & the Carcass), ou se faire passer pour des poètes (les 5 titres)… Toujours aussi énigmatique, mais tellement jouissif.

(EP – own records)