Voilà quelques temps que Chris me parlait de ce projet. Interpellé par le titre de l’album des allemands de Yage, « Anders Leben !? », Chris s’est intérrogé sur sa propre vie, et les choix qu’il fait pour éviter le conformisme d’une vie trop souvent vide de sens. A travers son témoignage, nous aimerions lancer une nouvelle rubrique dont l’existance ne dépendra que de vous… En effet, nous souhaiterions que vous vous exprimiez, qu’à votre tour vous fassiez part de votre expérience. Cette rubrique aimerait devenir un carrefour où les opinions se croisent et les expériences s’enrichissent. Pour une fois, nous vous demandons d’être acteur, d’offrir, de partager et de ne plus seulement passer par ici. J’espère que l’expérience fonctionnera et prendra de l’ampleur. Cela ne dépend que de vous.

Pour cela, il vous suffit d’envoyer vos textes à notre adresse, et nous mettrons en ligne les meilleurs. Le but n’étant pas de censurer les textes, mais juste de ne pas transformer cette rubrique en forum, très présents sur Internet, mais bien trop souvent vides de contenu et inintéressants. J’espère que vous adhérerez à notre démarche en prouvant que notre scène n’est pas une copie dissimulée d’une société passive.

4. Christophe

Vivre autrement ?
Je rejoins Mathieu (et les autres), sur le fait que changer le monde, c’est d’abord et avant tout agir sur soi. Se changer si nécessaire. Je pense qu’à l’heure où les grandes idéologies se sont effondrées, les grands repères historiques (la religion ou la valeur travail par exemple), il est à l’homme d’inventer une nouvelle maturité : une éthique. Concrètement ? La consommation. Prendre du recul. Mesurer son impact. Boycotter certaines marques et certains produits. Adopter sur chaque temps quotidien, sur chaque étape une prise de conscience. Savoir se démarquer de la projection sociale permanente (assignation à un rôle : de la famille, du travail, des médias, etc.). Creuser, pour chaque geste, le pourquoi et le comment. Se donner les moyens permanents d’une prise de conscience la plus aiguë possible. Et faire coïncider, du mieux, éthique personnelle et action. « C’est dans le projet que l’homme se vit ».
Je pense sincèrement que c’est un mouvement en profondeur. Quelque chose qui, en ce qui me concerne, m’a fait passer d’une rage absolue (« fuck the society ») à la sérénité d’une liberté : « la citadelle intérieure » (Marc Aurèle). Le bien le plus précieux. Celui qui fait de chaque individu un être unique…
La plupart des gens vous diront que les rêves sont faits pour être vécus la nuit, là où ça ne dérange personne…
A titre individuel, je revendique haut et fort l’idéalisme, l’imagination et l’espoir. Commencer déjà à croire d’un autre monde est possible et le faire vivre dans son quotidien, sa famille, son voisinage, ses voyages, ses rencontres…
Pour moi, est plus essentiel la volonté que le résultat fini. Les critères de productivité, je les laisse à qui vous savez.

/Christophe/