Dans le post-rock, il y a eu les aventureux, pas si apaisés qu’on le laissait croire, puis une tripoté de suiveurs ennuyeux et insipides. Puis il y a eu les metalleux, cheveux longs, accords gras, mais cœur sensible. En dehors des premiers, peu trouvent grâce à mes yeux aujourd’hui. Et de ce qu’en je croyais en connaître, This Will Destroy You ne faisait pas partie de la bonne catégorie. Pourtant sur cet album, les Texans arrivent à retenir mon attention. La faute à un premier titre, classique, mais poussé dans ses retranchements. Une véritable montée apocalyptique, sur laquelle l’utilisation de l’électronique (des nappes de bruit en sommes) est parfaite. A cet instant, le post-rock de TWDY redevient dangereux et menaçant. Sur la suite, la fureur laisse la place à une tension plus souterraine, un apaisement pas si calme qu’il en à l’air, avec quelques vagues relents de Brian Eno qui ne leur va pas si mal. Le groupe semble plus sombre, et moins scolaire qu’autrefois. Tant mieux. Sur la longueur ces longues plages interminables peuvent avoir tendance à m’ennuyer de nouveau, comme ont fini par le faire Godspeed You Black Emperor, mais le groupe ne s’en sort pas si mal pour des putain de post-rockeux.