Quel plaisir de retrouver les talentueux UI ! Notre dernier souvenir date de 1999, date de leur dernier EP « The Iron Apple ». Le groupe nous avait d’ailleurs, à l’époque, plutôt déçus avec 5 titres plus expérimentaux et plus électroniques qui semblaient avoir perdu tout le groove qui faisait la réputation du groupe. Car UI, pour ceux qui seraient passés à côté, c’est avant tout deux basses omniprésentes au groove imparable et une batterie syncopée tout aussi envoûtante ; le reste (guitare, claviers…) n’existe que pour agrémenter cette base. Étrangement, ces gars sont toujours passés à côté du succès. Leur talent et leur groove unique leur a permis d’être demandé par Tortoise, de partager une tournée et un disque avec Stereolab (sous le nom Uilab), d’enregistrer une Peel Session, mais jamais de vraiment percer ! Bref, c’est avec une grande émotion que j’ai mis ce nouvel album dans le lecteur. Est-ce que l’arrivée de Erik Sanko (qui a joué avec Lounge lizard ou John Cale) leur a redonné le groove et la magie d’antan ? La réponse est oui. Et même si l’album ouvre avec un excellent « back up » basé, pour contrarier, sur le jeu de guitare (superbe ceci dit), ce sont bien nos UI préférés que nous retrouvons. Et dès le deuxième titre, les repères des habitués reviendront. Ce mélange si personnel de noise, de groove, peut-être même de post-rock, ces rythmes si particuliers et ce dépouillement si efficace… UI est enfin de retour. Le groove se glisse partout, dans les plans minimalistes du duo basse/batterie, dans la guitare plus présente que d’habitude, dans les nombreuses apparitions de claviers, bref, impossible de rester sur sa chaise tant l’invitation à la danse est tentante. Et pourtant, UI reste un groupe intello, complexe et sans cesse à la recherche d’une nouvelle expérimentation… Mais que voulez-vous, certains savent y faire. Tortoise devraient en prendre de la graine !

(Album – Southern)