Alors que Francis Van Bloodt, le directeur vampire de Zombillénium, avait dû montrer les dents pour mettre fin aux tensions sociales au sein du parc d’attractions dans le tome 1, voilà que ce sont maintenant les habitants des villages environnants qui menacent son entreprise : des slogans agressifs (« Rentré chez vous sale monstres !! ») ont en effet été tagués sur le mur de l’enceinte et il se murmure même que certains d’entre eux préparent un mauvais coup. La raison ? Dans une région comme le nord de la France où le taux de chômage dépasse les 25%, on a tendance à chercher des boucs émissaires. Et autant dire qu’avec leurs têtes pas très catholiques, les vampires, zombies et autres monstres qui y travaillent sont tout désignés pour cela…

Dessin haut en relief assez incroyable lorsque l’on sait qu’il est entièrement réalisé par informatique (avec Adobe Illustrator version 9.0, pour ceux qui veulent essayer…), qui lui confère une signature graphique unique, et humour noir qui fait souvent mouche au travers de jeux de mots bien sentis (vous apprendrez par exemple ce qu’est le wifi pour les monstres) ou des pouvoirs des loups garous et autres sorcières qui donnent lieu à des gags réjouissants et à des situations rocambolesques : on retrouve ici les 2 atouts majeurs qui avaient fait la réussite de l’épisode d’ouverture. Arthur de Pins a en prime ajouté quelques nouveaux venus hauts en couleurs (comme Astaroth, le démon qui fait sa crise d’ado ou un coach d’entreprise venu apprendre aux employés à gérer leurs émotions par la « positive freakishness ») à la galerie de personnages habituels et a eu la bonne idée de nous réserver quelques surprises sympathiques (on a notamment droit à une visite étonnante des « dessous » du parc). Autant dire que « Ressources humaines » démontre que « Zombillénium » n’a rien perdu de son mordant, surtout quand il s’agit de dépeindre les relations entre le personnel et le directeur (un vampire…) ou l’intolérance et la bêtise dans la campagne profonde…

 

(BD – dupuis)