Mais qui sont ces meilleurs ennemis du titre et qui est Jean-Pierre Filiu, nouveau venu dans le monde de la bande dessinée ?

Figurez-vous que cet homme, professeur à Sciences Po Paris et spécialiste de l’Islam, conseiller aux Affaires étrangères en poste en Jordanie, en Tunisie ou en Syrie avant d’être membre des cabinets Joxe puis Jospin, a décidé de raconter en bande dessinée, avec David B., les relations entre les Etats-Unis et le Moyen-Orient. Avec un objectif clairement affirmé : éclairer les évènements actuels au Moyen-Orient (en Palestine, en Irak ou en Lybie) et le rôle joué par les Etats-Unis dans ceux-ci à la lumière du passé.

Car l’histoire des relations, ambigües, tendues et parfois étonnantes, entre les Etats-Unis et le Moyen-Orient ne date pas d’hier. Voilà pourquoi cette première partie (il y en aura 3) couvre une période allant de 1783 à 1953 et est organisée autour de quelques faits marquants : les négociations aux XVIIIe et XIXe siècles avec les pirates musulmans pour que les navires commerciaux américains puissent traverser les eaux méditerranéennes sans encombres, les premières implications diplomatiques dans la région pendant la seconde guerre mondiale pour avoir accès au pétrole saoudien ou le coup d’état orchestré pour évincer le premier ministre Mossadegh (qui voulait nationaliser le pétrole…) du pouvoir iranien.

Une « matière » historique édifiante que les 2 auteurs parviennent à rendre captivante : Jean-Pierre Filiu en ajoutant anecdotes cocasses et histoires individuelles à la grande Histoire et David B. en faisant preuve de son inventivité narrative habituelle (un canon avec des jambes pour signifier une avancée militaire ou un oléoduc qui sort de la tête d’un émir pour représenter la nouvelle entente américano-saoudienne) qui, alliée à son superbe dessin en noir et blanc (et ce trait irrégulier, un brin ondulant), rendent l’ensemble très vivant.

Une belle réussite ! Comme quoi la bd peut aussi s’attaquer à des domaines a priori plus « difficiles » comme l’Histoire !

 

(BD – Futuropolis)