Wild Flag est le nouveau projet de Carrie Brownstein (guitare/chant) et Janet Weiss (batterie), soit les 2 tiers de Sleater Kinney. Il n’est donc pas surprenant à l’écoute de « Electric Band » ou « Boom » de retrouver ce savoir faire dans le jeu des guitares (Mary Timony tient la seconde 6 cordes) et l’énergie de l’ex-trio féminin américain. Des madeleines de Proust bien agréables à l’oreille ma foi.

Agréables mais pas irrésistibles car Corin Tucker, le dernier tiers, voix et front woman du groupe qui a choisi de faire un break pour élever son enfant, est bel et bien absente ici. Et avec elle une bonne partie de ce qui nous faisait aimer Sleater Kinney : ce chant criard et agressif souvent à la limite de la justesse hérité du mouvement riot grrrl, cette façon de mêler énergie punk et mélodies entêtantes ainsi que ce jeu de guitares complice et touchant. Bref SK savait y faire pour prendre aux tripes. Et on ne retrouve tout cela que par intermittences sur ce premier album éponyme de Wild Flag qui, ceci étant dit, ne démérite vraiment pas. C’est simplement qu’il n’atteint jamais la qualité d’un « Dig Me Out » (certainement le sommet de la discographie du groupe américain).

Il n’en a d’ailleurs pas l’ambition. Plus basique, moins engagé (les textes de SK étaient souvent politiques et féministes), plus direct et facile d’accès aussi, cet album se « contente » d’envoyer quelques bons morceaux indie-rock teintés de punk sans oublier de placer ici ou là quelques morceaux plus sensibles (comme « Something Over Me »). Ce n’est déjà pas si mal.

(Album – Wichita)