Après un premier album sur Dischord qui les avait hissés au rang de dignes héritiers de Fugazi, le départ du bassiste l’année dernière laissa un bon nombre de fans dans l’expectative. Ce deuxième album (premier sous forme de trio), enregistré encore une fois par Ian MacKaye et Don Zientara en juin 2002, vient à point nommé pour clore tout questionnement hasardeux. Q And Not U reste l’une des grandes révélations Dischord de ces dernières années ! Cependant, le trio n’est pas tombé dans le piège de refaire un No Kill No Beep Beep, leur premier album, avec une basse en moins. Les petits génies de DC ont profité de l’occasion pour ouvrir leur jeu à un rock beaucoup plus subtil. Ils ont montré leur maîtrise du rock à guitares avec leur précédent album, et, force est de constater qu’ils restent tout aussi brillants dans cette nouvelle touche, plus sensuelle et plus posée. La guitare prend du recul tandis que la basse (reprise par l’un des guitaristes), la batterie et la voix élargissent leur chant d’action. On danse toujours autant, mais l’approche me semble plus ronde, moins rock’n’roll. On retrouve une habileté digne de Blonde Redhead. Le groupe ne se limite plus. Il ose sortir des conventions, sans pour autant oublier ses connaissances. La démarche rappelle les plus grands. Alors, je sais que les plus récalcitrants se consoleront avec les quelques morceaux plus directs rappelant leurs débuts (et c’est toujours aussi bon), mais ils passeront à côté de l’un des virages les plus séduisants de ces derniers temps. Q and not U a prouvé à ses grands frères de la scène de DC qu’ils savaient jouer sur le même terrain qu’eux, aujourd’hui, c’est le trio qui montre le chemin. Tout simplement grandiose !

(Album 12 titres – Dischord)