Deux ans après la séparation de l’un des plus grands représentants de l’indie-pop lo-fi, je veux bien entendu parler de Pavement, voilà que Stephen Malkmus, leur guitariste-chanteur, revient sur le devant de la scène avec un album que beaucoup de fans devaient attendre… Et, dès la première écoute, je ne prendrais pas beaucoup de risques si j’affirme que les anciens adeptes du groupe s’y retrouveront ! Stephen Malkmus n’a pas changé, et ce disque pourrait bien être le nouvel album de Pavement. Juste un peu moins crado, plus accessible et plus produit (et encore, les derniers Pavement étaient déjà bien produits), avec à peine moins de guitares bancales, mais en général, on retrouve bien la force du maître. Cette touche de génie qui lui fait pondre des chansons pop simples et touchantes… bref, parfaites. Et malgré quelques faux pas trop classiques, voir désagréable, que nous aurions préféré ne pas entendre sur un disque du monsieur (par exemple, la guitare slidde de Trojan Curfew, qui « plait tant à certaines personnes du service marketing de Domino » selon la bio, et qui reste, pour moi, la plus grosse faute de goût du disque), nous ne pouvons que conseiller aux amateurs de pop songs « à la Pavement » de se jeter sur ce nouveau départ… car ce premier album regorge déjà de nombreux futurs classiques.

(Album 12 titres – Domino)