Avec ses deux précédents album, Papier Tigre était déjà devenu une des références de la scène indé hexagonale. Exigeants, rigoureux, et créatifs, les trois nantais marquaient les esprits. Sans réelle comparaison régionale, on les imaginait en vagues cousins européens de la famille Dischord (Fugazi et Q and not U en tête). Et alors, qu’on croyait les connaître sur le bout des doigts, le trio passe à la vitesse supérieure. Tout en gardant intact son identité musicale, Papier Tigre nous livre un troisième album toujours aussi rigoureux mais à la stature décuplée. Il faut avouer que le son, merveilleux (merci John Congleton), joue en leur faveur. Mais si ce « Recreation » garde la complexité typique du groupe, il s’ouvre rapidement vers des passages tubesques irrésistibles. De « Afternoons » à « I’m Someone who Dies », du sauvageons « Home Truth » à « Demand », on se surprend à chantonner les refrains, et mimer les breaks. Pourtant, Papier Tigre refuse toujours de simplifier les structures. Le trio s’amuse encore à briser les rythmes (parfois trop), et couper les parties faciles, même si cela semble moins fréquents qu’autrefois. D’où la difficulté à vraiment se laisser aller à la première écoute. La musique de Papier Tigre semble se mériter.

Mais si ce « Recreation » n’est pas un album évident, il n’en reste pas moins un album excellent. Le groupe y mélange avec dextérité l’indie-rock de ses débuts et les mélodies africaines, le mathrock (léger), la pop, et les rythmiques dansantes, tout en y influant une tension démoniaque. La batterie de Pierre-Antoine continue d’ailleurs de tenir merveilleusement les constructions musicales du groupe, tandis que le chant d’Eric donne tout son sens à l’histoire. Les thèmes abordés ici (le business de l’amusement entre autre) méritent d’ailleurs de s’y arrêter.

Avec ce troisième album, Papier Tigre vient rejoindre les rares groupes capables de composer trois albums sans baisser de régime. Et quand, en plus, c’est fait avec autant de brio, il n’y a définitivement plus rien à ajouter. Juste profiter.

(Album – Africantape / Murailles Music)