J’étais passé à côté du premier album de ce groupe de Cleveland et vue la qualité de ce « Attack On Memory », je m’en mords un peu les doigts maintenant. En fait, dés le premier morceau, on sait que l’on va prendre une grosse claque. « No Future/No Past » a en effet tout du tube indé ensorcelant et hypnotique avec son ambiance sombre à la Chokebore, son chant éraillé -souvent à la limite du juste (qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler Kurt Cobain) doublé d’un chant plus grave- qui prend aux tripes, sa lente mais inexorable montée en tension post-rock culminant en explosion noise comme on les aime. Un uppercut dont on se remet tant bien que mal quand « Wasted Days » déboule déjà avec son indie-rock sur-vitaminé hérité de And You Will Know Us By The trail Of Dead, qui part, après 2 couplets et 2 refrains, se perdre dans des eaux expérimentales bruitistes pendant près de 9 minutes.

Inutile de passer tous les morceaux en revue : la suite est à l’avenant, le groupe continuant de naviguer entre noise et indie-rock inspirés,  laissant la lumière percer son univers noir et désenchanté sur les plus mélodiques et punk- pops « Fall In » ou « Stay Useless » –tout de même un ton en dessous- histoire de laisser l’auditeur respirer quand même un peu.

Parfaitement équilibré, bénéficiant d’un son brut et abrasif tout à fait adapté, signé Albini, l’album se termine en trombe avec les très marquants « Our Plans » et « No Sentiment » que les fans d’Unwound devraient bien apprécier. Très bon (quasiment) du début à la fin !

 

(Album – Wichita)