7 ans après leur formation, ces lyonnais, dont le nom est déjà bien implanté dans le milieu noise, sortent enfin leur premier album. Et cela valait le coup d’attendre ! Sorti sur leur propre label, grâce à l’aide de Jarring Effect, le groupe n’a jamais pondu un disque si abouti. Énorme déferlante noise qui engloutit tout sur son passage. Derrière un superbe son, les guitares vous maltraitent avec sadisme tandis que le basse-batterie enfonce le clou avec rigueur et frénésie… N’y pensez même pas, les Doppler ne vous laisseront aucun répit ; pas la moindre de chance de reprendre votre souffle ! Moins lourds que leur cousin de Sleeppers, les lyonnais laissent ces derniers loin derrière grâce à une agilité que les bordelais ont du mal à retrouver. Si les bases musicales semblaient proche avec ce même amour de la distorsion (sur la guitare, les voix…) et cette approche psychopathe de la musique, Doppler préfèrent courir quand leurs cousins traînent la patte. Le groupe séduit avec un son plus clair, des rythmes plus fous, et des claques noise plus virevoltantes. Avec ces petits plans plus ambiants, et ces guitares étrangement menaçantes ce disques rappelle bien leurs prédécesseurs lyonnais de Deity Guns, maîtres incontestés du genre. Le trio nous livre donc là un album superbement foutu, peut-être un poil trop étouffant pour l’écouter d’une traite, mais qui place définitivement Doppler en haut de l’affiche, du moins pour tout amateur de noise saturée. Lyon ne vous épargnera pas !

(Aere Alieno – 6 titres)