Voilà un disque qui risque de surprendre beaucoup d’habitués du label de Ian MacKaye et de Jeff Nelson ! Derrière ce groupe formé en 1996 à Washington DC, se cache un trio plus proche de leurs amis de Trans Am que des résidents classiques du label. À l’écoute des mélodies répétitives d’El Guapo (rien à voir avec les anglais de Guapo), on se croirait revenu à la fin des années 70, début des années 80, quand certains musiciens mélangeaient l’electronic, la culture pop, et une certaine démarche avant-gardiste. C’est impressionnant de retrouver ces mêmes sons et cette même approche des compositions. Certains reconnaîtront Kraftwerk, d’autres le Suicide d’Alan Vega, et nous pourrions même parler d’un chant évoquant les débuts de New Order, tandis qu’un titre comme « the Kid is Building… » les rapprocherait plus de certains délires de l’Est à la Tweng/The Ex. Une chose est sûre, ces trois Américains possèdent une certaine facilité pour trouver des boucles electro-rock naïves mais arty, à l’ambiance 70’s/80’s quasi-parfaite. Dès qu’on rentre dans leur univers, c’est un petit bonheur hallucinant. Malheureusement, sur la longueur d’un album, les évolutions viennent à manquer, et les bonnes idées présentes en nombre sont trop souvent interrompues pour laisser vraiment l’auditeur s’imprégner des émotions. C’est dommage vu l’excellence de certains titres qui méritent à eux seuls d’acheter cet album.

(Album – Dischord)