D’un côté le duo belge Keiki. De l’autre les américains de Bee And Flowers. Avoir un chant féminin et fêter les deux ans du label belge semble être la raison de leur réunion sur une même galette.
Le duo belge oriente sa musique à boite à rythme 80′s vers des ambiances sombres rappelant Enablers (version minimale). La référence est officielle, puisqu’on retrouve Pete Simonello (le chanteur d’Enablers) derrière la console et au chant sur le premier titre. Pourtant, j’ai du mal à vraiment me laisser embarquer, et je lui préfère le second titre où la demoiselle ne lui laisse plus la réplique. L’ambiance y est plus prenante, plus sombre, et le chant finit de me convaincre. Même si l’ensemble n’a rien d’exceptionnel, Keiki s’en sort bien.
De l’autre côté, Bee And Flowers oublie le minimalisme des belges et ouvre le jeu vers des mélodies plus accessibles. Beau chant féminin et jolies envolées devraient en séduire certains habitués à la bande FM, mais « Jackson », le premier titre est définitivement trop variétoche pour me causer. Sur ce coup là, le groupe mets les deux pieds dans le mièvre et s’en tire avec un morceau pour générique de série adolescente tout au mieux. Je suis plus sensible au deuxième essai, « you’re not the sun », plus sombre. On y sent de vagues odeurs d’Elysian Fields. Malheureusement, Bee And Flowers n’arrivera jamais à devenir venimeux, restant définitivement trop lisse et trop convenu. C’est dommage au vu de certaines ambiances musicales bien foutues.

(10″ 4 titres – cdr pour la promo – Cheap Satanism)