Pas étonnant que le violon (« fiddle » en anglais) soit ici à la fête avec un tel nom de groupe ! Omniprésent, c’est lui qui emmène les morceaux. Imprévisible, malicieux et insaisissable, il peut, suivant les humeurs, donner aux morceaux une coloration folklorique slave (« Countess Bathory’s Finishing School For Girls »), renaissance (« Over Hill And Under Hill ») ou même punk-folk (« Clockwork Bride »). Car, derrière lui, n’attendant que ça, basse et batterie sont prêts à sortir de leur lit folk pour le suivre sur des chemins plus aventureux, parfois tortueux et bruyants.
Du coup, on ne s’ennuie jamais à l’écoute de « Overgrown Tales », album assez étonnant qui donne parfois l’impression d’écouter du Shellac en version acoustique avant de faire un bond de quelques siècles en arrière pour rejoindre la cour des rois de France, qui peut sauter d’un passage quasiment classique à une folie presque noise en un clin d’œil. Un côté déroutant qui rend ces 8 morceaux bien sympathiques, d’autant qu’il s ont été enregistrés par Albini et masterisés par Weston.

(Album – Autoproduit)

 

Clockwork Bride