Mais qu’est-il arrivé à ces suisses adeptes du mathrock instrumental ? Car si les premières notes de cet album rappellent toujours un rock angulaire, c’est bien sous les couleurs d’une pop baroque, d’inspiration très seventees, que nous retrouvons le trio. Chant harmonieux (grande nouveauté pour cet ancien groupe instrumental), mélodies à tiroirs, Honey For Petzi s’est métamorphosé. L’inspiration vient maintenant des Beatles, de Pinback, de Robet Wyatt ou de Genesis (vous voilà prévenus). Et en dehors du fait d’être un peu déboussolé par le changement radical de style (même si on retrouve quelques guitares pernicieuses), je ne sais pas vraiment que penser de ce disque. Leurs essais pop montrent une aisance assez convaincante dans ce volte-face, mais certains titres pompiers me donnent quelques aigreurs. Est-ce la beauté de leurs mélodies qui me touchent ? Ou à l’inverse leurs dérives sirupeuses qui donnent un arrière goût douteux à cet album ? Un peu des deux. Quelques morceaux fonctionnent comme du Pinback baroque, tandis que d’autres nous renvoient dans le pire de Genesis. Quoiqu’il en est, il va sans aucun doute falloir dorénavant sortir des clichés de style et trouver sa propre identité pour vraiment retenir l’attention, ou pas, mais accordons leur le bénéfice du doute pour la prochaine fois.

(Album – Two Gentlemen)

Black Comedy by Honey For Petzi