Dans la vie, il y a ceux qui se torturent les méninges et ceux qui préfèrent aller droit au but. Les trois cochons de Brooklyn sont bien évidemment de la seconde catégorie. Riffs lourds et cradingues, saturation excessive, gueulante malsaine, on n’est pas là pour faire dans la dentelle. Ceux qui connaissent les protagonistes devaient s’en douter. Dave Curran (bassiste d’Unsane, ici à la guitare et au chant), Andrew Schneider (Slughog) et Jim Paradise (de J.J. Paradise Players Club, au sein duquel on retrouvait aussi Dave Curran) ont remis ça, et ce sera sans détour. Du noise-rock white-trash balancé pied au planché et l’envie de se battre à chaque morceau. Pourtant, nous ne sommes pas en face d’un énième ersatz noise montrant les pectoraux. Pigs dégagent une certaine sincérité, plus punk que musclée. On retrouve même une vague impression connue dans les années 90 avec ce background blues poisseux, cette attitude rampante et démoniaque. Un je-ne-sais-quoi des excellents Barkmarket (en plus linéaire) et d’Unsane bien sûr. Et ce n’est pas l’impression de retrouver un Lemmy énervé au chant qui viendra gâcher la fête. Pigs jouent les bouseux en plein Brooklyn, et rafle la mise !
En plus, c’est Solar Flare Records (le label clermontois du bassiste de Sofy Major) qui sort ce joli vinyle pour un prix dérisoire… alors n’attendez pas d’être dans l’état des deux clowns de la pochette pour vous le procurer.

(Album – Solar Flare records)

Give it

Whitewash