Alors que certains ont besoin de beaucoup pour se faire entendre, ce duo guitare-batterie arrive à nous retenir l’attention sans esclandre. Tout simplement parce que ces nouveaux venus ont tout compris d’un rock qui a déjà fait ses preuves. Subtil et mélancolique comme les débuts rageurs de Shannon Wright sur le premier titre, plus direct sur « Ocean », bluesy sur le très relevé « Sister », ou tout en finesse sur le final « Keep Breathin » (dont le chant me rappelle une mélodie de Marianne Faithfull). Meredith renoue avec une tradition mêlant à merveille émotion et rage sonique. Et pour une fois le chant maîtrise son sujet, avec une sensibilité très juste. Derrière la musique s’occupe de la puissance et des soubresauts. Car ne vous y trompez pas. Si l’approche reste mélodieuse,
Meredith n’est pas du genre doux. Sa musique sait se montrer furieuse et grattante, et toujours tourmenté. Une jolie découverte dont j’attends la suite.

(4 titres – autoproduction)