tombodlin_spitintheairAlors que Cafe Flesh annonce sa séparation, Tom Bodlin, chanteur-saxophoniste de la dite formation de Jarnac, sort son troisième album solo. Rapport de cause à effet ou pas, le barbu sort ici sa plus belle production. A Tant Rêver du Roi, Kerviniou rds et bien entendu Furne rds, les trois labels qui ont permis à ce disque de sortir, ne s’y sont pas trompés.
Les déambulations en terre blues de Tom Bodlin ont tout d’un voyage initiatique : déviances UBUesques, possessions chamaniques, et Cœur de bœuf posé sur le bucher. Ajoutez quelques gouttes de romantisme baveux, un accent, disons, particulier, et une sortie à New Orleans, et vous devriez comprendre ce qui se cache sur les deux faces de ce vinyle. Beaucoup de chose donc, mais surtout pas un disque de sax solo sorti pour faire plaisir à son auteur. Au contraire, son instrument de prédilection, le saxophone donc, se fait plus discret sur cet album, laissant la part belle à quelques magnifiques guitares. L’équilibre est parfait.
Tom Bodlin donne véritablement l’impression d’être plus à son aise dans ce blues pacifié que dans ses explosions noise plus forcées (au sein de Cafe Flesh donc). Ce troisième disque cache ainsi merveilleusement son travail solitaire, tant les compos s’enchainent sans lourdeur, ni boucles mal gérées. Juste neuf chansons de blues déglingué dont vous pouvez écouter la première face sur bandcamp.

(LP – ATRDR, Furne, Kerviniou)

Birds need whisky

Long stupid love song for a short weak love story