zarkassAn 3001. Les Terriennes (après des siècles de domination, les hommes ont été déchus du pouvoir par les femmes qui ont instauré une organisation matriarcale sur Terre) sont depuis longtemps présentes sur la planète Zarkass. Elles vivent d’ailleurs en bonne harmonie avec les autochtones, au tempérament calme et bienveillant, et y ont implanté un comptoir : New Pondichéry. Mais depuis quelques semaines, d’étranges engins volants triangulaires ont fait leur apparition dans le ciel zarkassien. L’un d’entre eux a même abattu un stratocruiser terrien venu en repérage. En représailles, l’un des Triangles a aussitôt été détruit à son tour. Par conséquent, le gouvernement de Gaïa (le nouveau nom de la Terre !) a dépêché sur place l’agent spécial Louis Doisy et lui a adjoint Marcel pour guide ainsi que quelques zarkassiens avec comme mission officielle d’aller prélever des spécimens endémiques de papillons autour du volcan Zafar-Kass et officieuse de se rendre sur les lieux du crash du Triangle pour en apprendre davantage sur cette race mystérieuse et sa présence sur Zarkass…

Après « Niourk » et « Oms en série », Ankama et Comix Buro poursuivent donc leur exploration des univers de Stefan Wül. Cette fois, Yann et Cassegrain ont choisi d’adapter ce « Piège sur Zarkass ». Et on comprend aisément pourquoi ! Il y avait dans ce roman amplement matière à stimuler leur imaginaire, avec cette planète mystérieuse à la faune et à la flore aussi inattendue que stupéfiante (avec, par exemple, des chenilles-lions, énormes, qui vivent en osmose quasi-parfaite avec leur maître zarkassien, en sécrétant notamment un onguent pour protéger leur peau quand ceux-ci muent…), à titiller leur humour (à la prise de pouvoir par les femmes, Yann a ajouté quelques jeux de mots et contrepèteries de son cru) et à taquiner leur conscience politique (avec les visées colonialistes des Terriennes –qui ne font ici pas mieux que les Terriens !- et des Triangles ou le mépris affichée pour les autochtones par les expatriées…).

Du coup, on sent que les deux auteurs se sont beaucoup amusés à créer ce récit intergalactique (qui mêle donc comédie, géopolitique et voyage exotique) vraiment imprévisible de bout en bout puisque personne (ni aucun animal d’ailleurs…) n’est ce qu’il semble être à première vue ! Un diptyque qui s’annonce très agréable et qui confirme les très bons débuts de cette collection.

 

(Diptyque – Ankama)