tueur_11On a beau la connaître la chanson (macabre) du « Tueur » –dessin réaliste travaillé à l’ordinateur, pensées et réflexions misanthropes de son « héros » pas comme les autres en voix off, contrats effectués avec le plus grand cynisme- on ne se lasse pas de le retrouver tous les ans (surtout après le très bon diptyque « cubain » et sa coloration géopolitique inspirée que les auteurs viennent de livrer), Jacamon et Matz ayant réussi à garder un haut niveau d’exigence avec dessin et scénarios.

Cette fois, le tueur (on est bien obligés de l’appeler comme cela puisqu’on ne connaît pas son nom) va bosser pour Mariano. Depuis qu’ils ont crée Petroleo Futuro Internacional il y a 4 ans, leur affaire est pourtant devenue plus que juteuse. Et le tueur pourrait très bien prendre sa retraite et se la couler douce, retiré dans la jungle, loin de ce monde qu’il exècre, avec femme et enfant. Il a néanmoins accepté de travailler pour son ami devenu ministre en Colombie. Parce qu’il lui a demandé comme un service ? Et parce qu’il lui a offert un passeport diplomatique ? Peut-être. Mais il y a sans doute une autre hypothèse : et si le tueur ne pouvait tout simplement pas se passer de…tuer ?

Début d’un nouveau cycle et marquant un virage dans la vie du tueur, « La suite dans les idées » est peut-être un peu mois inspiré que ses prédécesseurs, c’est vrai, mais il y a tout de même là quelques superbes planches (comme celles des pages 38-39) ou des répliques acides comme il faut comme « L’homme ne changera jamais. Il sera toujours prêt à en faire baver à son prochain s’il y va de son intérêt » qui nous font dire que ce n ‘est que le début de ce nouveau cycle et que Jacamon et Matz nous réservent certainement encore quelques belles surprises.

 

(Série – Casterman)