JoanandTheSailors-Home-StormEn voilà un disque compliqué : chaque morceau recèle d’éléments qui charment et d’autres qui dérangent. Et ça, presque dans la même seconde. Ça chante trop à mon goût, cette voix schizophrène alterne les accents de langues non maternelles à un timbre susurré/cassé à la Emiliana Torrini puis explose en mode lyrique moins convaincant. Il y a des instruments dans tous les sens et on a l’impression des fois d’écouter le groupe du conservatoire, atelier « musique en roue libre ». le disque est enivrant (parfois saoulant parce que trop de digressions intellos) mais le propos « pop déviées de tous soupçons » et « whole world music » fait voyager… Donc on écoute. Je me laisse secouer dans tous les sens et j’ai l’impression d’écouter un condensé de ma discothèque, y a tout et un peu trop en même temps. Les codes sont assimilés, mélangés, mixés… On sort troublé quand il s’agit d’en parler car ces petit(e)s suisses là on du caractère et n’y vont pas avec le dos de la cuillère et on sent aussi que c’est à prendre ou à laisser. D’ailleurs qui irait s’attaquer au démontage d’un édifice pareil ?! C’est fait, c’est fait, point. Pas si évident. Pas aussi facile qu’il n’y paraît. Pas si pire.

(album – Little Jig Record)