abjectObject_romanceQuatre ans après une première démo bien convaincante, voici donc le premier album de ce quatuor parisien pratiquant un punk hardcore plutôt mélodique… N’ayez crainte, Abject Object n’a rien d’un groupe aux cheveux peroxydés, pour skateurs californiens. Les racines du groupe sont plutôt à chercher dans un hardcore vieux jeu et sans fioriture, bien plus punk rock que metal. Souviens-toi des Adolescents, Angry Samoans et autres 7 Seconds… et pourquoi pas des Wipers (pour cet amour du rock’n’roll qui file droit) ou certains groupes Dischord de la fin des années 80 (pour ce balbutiement émotionnel). Mais Abject Object ne s’arrête pas à une pâle copie nostalgique et bien élevé. Les gars emmènent l’histoire un peu plus loin, avec de jolis refrains entre hargne morveuse et sensibilité pop, des guitares cristallines de plus en plus chiadées (Loïc d’X-Or), et des titres qui te refont croire dans un hardcore mélodieux. Car, il faut l’avouer, les gars ne sont pas aussi énervés que leurs aïeux. J’ai d’ailleurs l’impression que le groupe devient de plus en plus mélodique avec le temps (et plus technique par la même occasion). Plus serait sans doute excessif ; j’espère qu’ils en ont conscience. En attendant, Abject Object reste sans aucun doute l’un des meilleurs groupes français du genre ces derniers temps…
Le visuel toujours aussi typé, est évidemment réalisé par Gaspard « Arraches-toi un œil » (qui tient aussi la basse dans ce all stars band).