Voilà quelques temps que Chris me parlait de ce projet. Interpellé par le titre de l’album des allemands de Yage, « Anders Leben !? », Chris s’est intérrogé sur sa propre vie, et les choix qu’il fait pour éviter le conformisme d’une vie trop souvent vide de sens. A travers son témoignage, nous aimerions lancer une nouvelle rubrique dont l’existance ne dépendra que de vous… En effet, nous souhaiterions que vous vous exprimiez, qu’à votre tour vous fassiez part de votre expérience. Cette rubrique aimerait devenir un carrefour où les opinions se croisent et les expériences s’enrichissent. Pour une fois, nous vous demandons d’être acteur, d’offrir, de partager et de ne plus seulement passer par ici. J’espère que l’expérience fonctionnera et prendra de l’ampleur. Cela ne dépend que de vous.

Pour cela, il vous suffit d’envoyer vos textes à notre adresse, et nous mettrons en ligne les meilleurs. Le but n’étant pas de censurer les textes, mais juste de ne pas transformer cette rubrique en forum, très présents sur Internet, mais bien trop souvent vides de contenu et inintéressants. J’espère que vous adhérerez à notre démarche en prouvant que notre scène n’est pas une copie dissimulée d’une société passive.

1. Chris

Totalement inspiré par l’excellent dernier album de Yage, les cinq allemands ont lancé chez moi une grande réflexion. Anders Leben !? ou en français ‘vivre autrement !?’. Personnellement je trouve que ces points d’interrogation et d’exclamation sont aussi forts que les mots mêmes. Le deuxième est une demande. Il cache une incertitude, un doute tandis que le premier est un vrai cri contenant toute son urgence. Le livret du cd propose une bonne analyse, des pensées et des idées pertinentes mais plus j’avançais dans la lecture des différents textes et plus je me disais que leurs ‘anders leben’ ne ressemblaient pas nécessairement au mien.
A la base, nous sommes tous des individus. Nous avons été élevés et continuons de grandir et vivre dans le même système politique et économique. Notre fin est commune et pourtant nous sommes tous très différents. De là l’envie d’ouvrir le débat, trouver des réponses à nos questions. Qui sont nos lecteurs ? Quelle est leur vision de vie? Comment s’inscrivent-ils dans ce monde, dans cette société ? Quelles alternatives ont-ils eux trouvé pour être heureux, libres ou sereins?
Pas facile de faire le premier pas, d’exprimer sa façon de penser et de vivre. De trouver les mots justes. De s’exposer. Mais l’exercice en vaut la peine et j’espère que ce texte vous donnera envie de rebondir, de vous exprimer et de partager votre ‘anders leben’. J’ai espoir que ce texte ne restera pas lettre morte.

ANDERS LEBEN !? 1

Je m’appelle Christophe Aimé. J’ai 32 ans. Je suis célibataire et sans enfants. Je viens d’un milieu modeste. J’enseigne l’anglais depuis huit ans. Comme vous je suis un mouton.

Mon innocence explose pendant mes années collège. Soudainement mon regard se pose sur le monde, sur notre société. Constat noir. Jets de bile. Colère. Haine. En même temps j’ai peur de vivre et d’affronter la réalité. Le suicide à la bouche mais un sang qui bouillonne aux rythmes des groupes qui défilent sur ma platine. Tableau presque classique d’une rébellion juvénile sauf que celle-ci, tout en prenant d’autres formes, ne disparaîtra jamais.
Tout comme ces modes de pensées conventionnels, très tôt, les cadres de vie que la société m’offrent (m’imposent ?) ne me plaisent pas. La lutte ne fait que de commencer. Le challenge est sérieux et vital. Je veux affirmer mes différences. Opérer personnellement à d’autres niveaux. Je n’attends rien des gens, de la politique, du pouvoir. Mes utopies ne sont que des dédales sans fin. Mes illusions ne sont que des mots. Je ne suis qu’un individu. Je produis. Je consomme mais idéalement je cherche mon bonheur.

Trop sérieux, trop terre-à-terre, seul, bloqué par mes propres obstacles et mes éternelles craintes je mets du temps à définir mes paramètres. Mes rêves sont là mais ma vie reste au point mort. Le premier déclic vient en 1997 avec la naissance de mon fanzine gratuit Ring and Run. Ses modestes pages sont non seulement un moyen de m’exprimer mais elles me donnent enfin la possibilité de vivre ma passion pour la musique à fond. Je rencontre et interviewe des gens, des artistes qui quelque part changent ma vie. Ring and Run me fait alors prendre conscience que toute ‘création’ personnelle et indépendante, aussi douloureuse soit-elle, est une aventure riche et intense. Que chacune d’entre elles permet de se réaliser en toute liberté. La clé est là! Vivre pour ses rêves et ses motivations. Susciter l’excitation à partir de ses propres projets. S’inventer sa propre adrénaline pour exister. Occulter toute passivité au profit d’activités auto-formatrices.
Réfléchir sur ce qu’on est c’est aussi réfléchir sur ce que l’on veut ou ne veut pas faire de sa vie. C’est faire des choix. Prendre des décisions. Tester son courage. Défricher des chemins. De l’expérience Ring and Run naîtront beaucoup de choses positives qui au risque de vous ennuyer me sont impossible de recenser.
Le deuxième déclic c’est un voyage en Irlande et accessoirement un travail de bénévole pour une conférence internationale sur la non-violence à Dublin. J’y ai fait des rencontres magiques. Ce mois en terres celtes m’ouvre totalement sur le monde. Echanges. Partages. Je constate qu’il est possible de vivre autrement. Que la vie c’est aussi les autres. Que chacun est le déclencheur de ses propres envies. Mes idées sur la notion du temps et celle de l’argent s’en trouveront aussi changées à jamais.
Depuis je ne pense qu’à voyager. A bouger. A éviter un sur-place déshydratant et mortel. Voyager c’est découvrir des cultures. C’est aller à la rencontre d’inconnus en terres inconnues. C’est se remettre en question à chaque fois. C’est expérimenter. Apprendre à mieux se connaître. C’est le rapprochement des individus. Connaître et respecter nos différences.
Mon année passée dernièrement au Texas et dans le Sud-Ouest des Etats-Unis est l’une des plus grandes aventures qu’il m’ait été donné de vivre. Ce fut une expérience difficile mais d’une richesse incroyable. Chaque semaine passée là-bas fut un bonheur indescriptible.
C’est fini! Je ne veux plus tenir en place. Je vais tout faire pour repartir ici ou là-bas. Je veux vivre libre. Ne dépendre de rien (je n’ai pas dit personne). La vie est courte mais large. Elle sait offrir des possibilités à celles et ceux désireux de voir plus loin que leur bout du nez. Il n’y a pas de prétention, ni de fierté dans ces mots, dans mon parcours. Comme vous je ne suis qu’un mouton. Le tout est de s’appliquer à faire évoluer notre propre condition. A www.positiverage.com, les gens nous intéressent. N’hésitez pas à prendre votre plume et à faire parler votre ‘anders leben’. La lecture ne doit pas être un acte passif. Merci d’avance.