Volx_EPSorti il y a quelques temps, ce 45t, à côté duquel nous étions bêtement passés se révèle suffisamment inquiétant et personnel pour avoir envie de revenir dessus. Car le duo qui se cache derrière Volx, soit deux frangins originaires de Volx justement (Alpes de Haute-Provence), nous balancent quatre titres angoissants, souvent répétitifs, et imprégnés de sentiments primitifs du plus bel effet. Une musique animale, brouillonne et sale, à mi-chemin entre rock noise minimale et no wave dégueue. On les aurait bien vus habiter Amiens ou au moins l’Est de la France, mais, non, ceux-là viennent du sud. Va comprendre. Par dessus, le batteur nous raconte ses histoires glauques, avec sa voix monotone, nous replongeant dans les mauvais trip jouissif des années 80. Dépressif s’abstenir. La recette peut vite montrer ses limites mais c’est bien cette voix désabusée qui donne sa personnalité au duo. On ne crie pas au génie, mais ce petit 45t un peu foutraque, et cette musique typée et engagée nous donne envie d’en entendre plus. C’est très bon signe.

(EP / Katatak)