SilverMtzionThee Silver Mt. Zion a souvent été sous-estimé, comme condamné à rester dans l’ombre de Godspeed You! Black Emperor. Tout ça parce que Thee Silver Mt. Zion apparaît un peu comme un projet secondaire, comparé à GYBE, à cause des 3 membres que les 2 groupes ont en commun et parce que, de loin, avec ces longues plages tirant vers le post-rock et l’ambient et ces ambiances mélancoliques, les projets pouvaient paraître proches. Ce nouvel album, au titre à rallonge (on est habitués : c’est en quelque sorte leur marque de fabrique), va certainement changer la donne.

La contestation et la colère ont toujours été le carburant de Godspeed ou Mt. Zion. C’était perceptible dans les titres de morceaux, les paroles de Mt. Zion, les messages disséminés ici ou là sur les pochettes (cartonnées, toujours très réussies) ou les coups de sang sur certains titres de Godspeed. Cette fois, sur ce « Fuck Off Get Free We Pour Light On Everything », c’est aussi le cas dans la musique, bien plus énervée, plus directe, plus velléitaire, plus remontée que sur les précédents albums de Mt Zion. Le groupe s’est en fait recentré sur son noyau dur (le line up est ici constitué de 5 membres –Amar, Menuck, Trudeau, Moss et un nouveau batteur, Payant- au lieu de 7 précédemment) pour gagner en spontanéité et se rapprocher de sa formation live. Les guitares sont du coup plus saturées et agressives, les violons vindicatifs, les chants plus revendicatifs. La mélancolie habituelle du groupe laisse désormais bien plus de place à la dénonciation, à la rage.

Une bien bonne nouvelle puisque cela a donné naissance à ce très bon album. Totalement libre puisqu’il ne se ferme aucune porte (certains morceaux sont d’ailleurs à la croisée de genres différents, comme le prouve cet étonnant motif de violon très « chinois » qui revient en fil rouge sur « Take Away These Early Grave Blues »). Fou et sauvage aussi. Comme les 3 premiers morceaux qui ouvrent idéalement l’album et sur lesquels plane un esprit délibérément punk. Du punk made in Constellation bien sûr, qui rappelle parfois Godspeed You ! Black Emperor (comme sur les envolées lyriques d’ « Austerity Blues » sur lequel Menuck chante, désespéré, « But thieves and liars rule everything we know », brocardant le système capitaliste actuel sur près de 15 minutes), du punk avec des violons, souvent remontés mais qui savent aussi se faire plus sensibles et touchants (comme sur les plus lents et mélancoliques « Little Ones Run » ou « Rains Thru The Roof At Thee Grande Ballroom »), du punk qui prend aux tripes avec le climax de l’excellent « Fuck Off Get Free » ou le chant possédé et fiévreux (que certains trouveront peut-être un peu trop geignards par moments) de Menuck qui s’époumone comme sa vie en dépendait. Du punk très personnel. Bref, un album qui déborde de vie, de sincérité et d’ondes positives. Probablement le meilleur du groupe sorti à ce jour.

(Album – Constellation)

THEE SILVER MT ZION – Austerity Blues (excerpt) by Constellation Records