planete_impossibleCosmo est en poste, seul, sur une station spatiale en orbite autour de la Terre. Son travail consiste, semble-t-il, à faire pousser diverses plantes et fleurs dans une serre. Un module demande alors l’autorisation de rejoindre la station. A son bord, une jeune femme qui n’a pas le droit de dire son nom et qui est là en mission secrète. Quelques heures après son arrivée, alors que Cosmo contemple notre planète, celle-ci disparaît subitement sous ses yeux, avant qu’une autre planète, à la fois ronde et plate, solide et gazeuse, n’apparaisse à sa place, quelques minutes plus tard. Partie réfléchir dans la serre, la jeune femme reçoit alors des consignes d’un poisson qu’elle vient de sortir d’une mare : un évènement inattendu s’est produit et Cosmo ne doit en aucun cas poser le pied sur cette nouvelle planète…

Ce petit aperçu vous paraît loufoque ? Pourtant ce n’est rien comparé à ce qui suit : une course poursuite complètement surréaliste à travers l’espace temps qui voit le lecteur être brinqueballé par la narration délirante de Callioni tout comme Cosmo, le héros, l’est par les évènements. S’il y a bien une « histoire » (la jeune femme a en fait été choisie par l’Oracle pour voyager dans le passé et retrouver l’infâme Manganèse qui avait ouvert une porte temporelle menaçant par la même le fragile équilibre universel…), elle est surtout, pour l’auteur, prétexte à laisser libre court à son imagination débridée qui mêle ici humour, absurde, onirisme, aventure et non-sens. Probablement en grande partie improvisé à mesure qu’il a été mis en images par ce trait simple et fin (sans mise en couleurs), « La planète impossible » prend en fait graduellement des allures de récit impossible tant on se demande, après quelques scènes délirantes et autres rencontres improbables où Callioni va bien pouvoir nous emmener. Et pourtant notre homme parvient à retomber sur ses pattes : la terre sera bel et bien sauvée !

Récit carrément singulier et gentiment décalé, « La planète impossible » est un Ovni narratif idéal pour ceux qui aiment être bousculés dans leurs petites habitudes de lecture.

(Récit complet – Atrabile)